Lettre d’information – Novembre 2015

Chères lectrices, chers lecteurs,

Nombreux parmi vous avez découvert les éditions l’Instant Présent à travers le magnifique DVD « Etre et devenir ». Vous avez aimé le film ? Vous adorerez les livres !
Nous sommes heureuses de vous envoyer nos dernières nouvelles. Notre page FaceBook est mise à jour régulièrement, venez nous y rejoindre ! : -)
www.facebook.com/editionslinstantpresent

Dans l’actualité

Le Congrès de La Leche League est un évènement très attendu. Il aura lieu le week-end prochain, les 7 et 8 novembre à Dourdan (91). Vous pourrez venir feuilleter nos nouveautés et nos livres plus anciens. A l’occasion du congrès LLL est sorti « Plus de lait, Réussir son projet d’allaitement » de Diana West & Lisa Marasco, le livre qui dit tout sur la façon de produire davantage de lait pour son bébé. Sur le stand des éditions l’Instant Présent, vous trouverez aussi quelques livres défraîchis un peu moins chers.
Salon Marjolaine, mardi 10 novembre à 17h, Conférence débat sur l’instruction en famille (Parc floral de Paris, Métro Château de Vincennes)
Le magazine Nexus, qui a publié en septembre-octobre un excellent dossier de 28 pages sur « Réussir sa vie sans école« , propose une « conférence-débat pour poursuivre la réflexion » au Salon Marjolaine. On pourra y entendre Bernard Collot, André Stern, Bernadette Nozarian et Fredy Fadel.
Nous rassemblons en bas de message quelques extraits de ces interviews dans Nexus.
Le film « Alphabet » est sorti sur les écrans. Réalisé par Erwin Wagenhofer, il donne notamment la parole à André Stern, l’auteur enthousiasmant de « Semeurs d’enthousiasme, Manifeste pour une écologie de l’enfance« . André Stern en a brillamment parlé à l’émission des Maternelles. Stéphanie Boudaille-Lorin a fait une critique du film très intéressante sur son site.
Le film « L’Odyssée de l’empathie », réalisé par Michel Meignant et Mario Viana va sortir dans quelques mois. Michel Meignant, alors président de la Fédération Française de Psychothérapie et Psychanalyse, nous avait encouragé à publier en français le coup de poing de Jeffrey Masson, « Enquête aux archives Freud, des abus réels aux pseudo-fantasmes« .

À travers de nombreux témoignages et les dernières découvertes des neurosciences, ce film montre que lorsque les enfants grandissent dans la bienveillance, ils deviennent des citoyens respectueux de l’être humain et de la nature.


Découvrez nos nouveautés

S’évader de l’enfance de John Holt. Traduction de Escape from chilhood
John Holt explore l’institution qu’est l’enfance moderne et explique en quoi elle est néfaste pour nos enfants. Il se positionne résolument du point de vue des enfants. Il s’attache à démontrer que nous pouvons changer nos habitudes et nos lois pour permettre aux enfants de s’évader de cette enfance-institution en proposant des solutions concrètes. Il aborde aussi bien le droit de vote, le droit au travail ou à la propriété que le droit à un revenu garanti, de maîtriser ses apprentissages ou encore de choisir son tuteur légal.

www.editions-instant-present.com/sevader-de-lenfance-p-86.html
Plus de lait ! Réussir son projet d’allaitement de Diana West & Lisa Marasco
Le manque de lait est la cause la plus fréquemment mise en avant lorsqu’une mère n’allaite pas ou plus son bébé. Les auteures, toutes deux spécialistes de production lactée et consultantes IBCLC, ont écrit ce livre, outil puissant d’évaluation et de résolution qui permettra aux mères d’identifier de façon personnalisée les causes de leur manque de lait et d’y remédier.

Préface à l’édition américaine de Martha Sears et à l’édition française de Claude-Suzanne Didierjean-Jouveau.

www.editions-instant-present.com/plus-de-lait-souscription-p-102.html

Zoom sur un livre exceptionnel

Alan Thomas, À l’école de la vie, Les apprentissages informels sous le regard des sciences de l’éducation de Alan Thomas et Harriet Pattison
À chaque visionnage de « Etre et devenir », nous retrouvons avec plaisir Alan Thomas, qui explique à quel point l’apprentissage informel, naturel, autonome a été l’expérience intellectuelle la plus stimulante de sa vie. Que cet apprentissage est si difficile à cerner, à étudier, « et que pourtant, ça marche ». Pourquoi changer un apprentissage qui a commencé avec succès chez les bébés de façon informelle et pourquoi y faire entrer de la pédagogie ? Les enfants, simplement en grandissant, vont apprendre tout ce dont ils ont besoin pour grandir.

Dans leur livre, Alan Thomas et Harriet Pattison ont rassemblé de nombreuses et passionnantes études issues de la recherche en sciences de l’éducation à propos des apprentissages informels. En quoi consistent-ils précisément ? Comment cette forme particulière d’apprentissage se met-elle en place ? Comment la laisser s’épanouir, pour que les enfants puissent profiter de sa grande richesse ? Quel rôle peuvent avoir les parents pour favoriser ces apprentissages spontanés de leurs enfants ?

En s’appuyant sur les témoignages vivants et variés des parents qu’ils ont rencontrés, Alan Thomas et Harriet Pattison abordent ainsi de façon détaillée la façon dont les enfants découvrent la lecture, l’écriture et les mathématiques, au cours de leur vie quotidienne. Ils décrivent l’importance du jeu dans le processus d’apprentissage, dans tous les champs de la connaissance. Enfin ils soulignent la place et l’importance des interactions chaleureuses avec les parents, mais aussi les frères et soeurs, les amis, et tous les adultes qui entourent les enfants.

www.editions-instant-present.com/A-lecole-de-la-vie-p-52.html

Faites venir Être et Devenir dans votre école !

Dimanche 1er novembre, lors du ciné-échange ayant lieu chaque dimanche après la projection du film au cinéma Saint-André des arts (Paris 6e), une enseignante a estimé que les parents d’élèves devraient être invités à une projection dans son école. En effet, disait-elle, le film va dans le sens de beaucoup de valeurs qu’ils partagent entre enseignants, mais ont du mal à faire passer aux parents, obnubilés par la course aux diplômes.
www.etreetdevenir.com/EED.fr.html#Sortie pour contacter l’équipe du film et organiser une projection

En savoir plus sur nos auteurs

Clara Bellar a été interviewée par Paola Perez au sujet de « Etre et devenir ». Consultante en lactation et coach familial, Paola Perez est auteure d’une vidéo de 12 minutes sur la diversification alimentaire du bébé allaité, que nous distribuons.
Des extraits de Nexus qui font du bien, à lire et relire.
Léandre Bergeron : « Répondre à leurs questions mais sans enseigner. Savoir arrêter de parler quand le regard de l’enfant nous quitte. Et voilà qu’elles veulent apprendre (…) à écrire pour se rappeler les choses qu’il faut acheter, envoyer des messages à des amies. »
Jean-Pierre Lepri : « Dans la position de « conduit-éduqué », outre le manque, j’apprends aussi la peur, la soumission, l’espace et le temps contraints, etc. Cette relation est donc profondément, comme toute situation de conduction, une organisation anti-autonomie -quelles que soient par ailleurs les déclarations d’intentions proférées.« 

Clara Bellar : « Une autre chose importante, c’est que la capacité de faire preuve d’une telle confiance en ses enfants, en la vie et en soi-même (parce que faire confiance aux autres nous fait réapprendre à nous faire confiance) demande beaucoup de travail sur soi.« 

Un peu plus d’extraits sur notre page Facebook et bien plus dans le magazine Nexus.

Bonnes lectures !

L’équipe des éditions l’Instant Présent, Marlène Martin, Victorine Meyers, Claudia Renau, Cristelle Barillon.

www.editions-instant-present.com

le Tour de France du Printemps de l’éducation fait étape à Blois et nous y serons

logoprintempseductation
Du 13 au 19 avril, le Tour de France du Printemps de l’éducation fait étape à Blois (41). Plusieurs évènements sont attendus :

Lundi 13 avril, Bernard Collot intervient de 12h30 à 14h pour un Café Philo au Lobis Bar. Pédagogue, Bernard Collot est auteur notamment des « Chroniques d’une école du 3e type » et d’un blog passionnant http://education3.canalblog.com.

Le soir du lundi 13 avril à 20h30, le film Being and Becoming / Etre et Devenir sur l’apprentissage autonome sera projeté au cinéma Les Lobis à Blois, suivi d’un débat en compagnie de Bernard Collot et de Marlène Martin, auteure de ‘Apprendre à lire en famille’.

Un stand des éditions l’Instant Présent vous permettra de feuilleter les ouvrages de John Holt, Alan Thomas et Harriet Pattison, Léandre Bergeron, Bernard Collot etc.
www.printemps-education.org/…/etape-du-tour-de-france-du-pr…
www.lamaisondesenfantsblois/printemps

Tout va bien… dans La Liberté

article_liberte_apercu

Une longue interview de Francesca Sacco, l’auteure de Tout va bien, nous sommes paumés ! dans le supplément magazine du quotidien Suisse La Liberté.

Vous pouvez la lire au format pdf en cliquant : Heureux les parents qui doutent ! On ne peut pas « contrôler » les jeunes. Le constat d’une réalité qui a amené des éducateurs genevois à revoir complètement leur approche éducative..

 

Par ailleurs, nos lecteurs qui seraient dans la région peuvent assister au « vernissage » du livre par la Fondation Officielle de la jeunesse au Petit Lancy le lundi 02 février. Les détails sur le flyer ci-dessous.
flyer_vernissage

Plus d’infos sur le livre : www.editions-instant-present.com/TVB

Heureux les parents qui doutent !

Heureux les parents qui doutent , c’est le sous-titre du livre tout frais paru de la journaliste suisse Francesca Sacco, intitulé Tout va bien, nous sommes paumés !
couv_tvb_premiere
Il y a des livres, comme ça, on ne sait plus trop comment ils sont arrivés jusqu’à nous, mais on se réjouit à chaque fois qu’on y pense. Réjouissant, c’est vraiment le terme qui vient à l’esprit quand on nous demande de parler de celui-ci. Et pour tout un tas de raisons : le ton est frais, ça peut même se lire comme une aventure ou se piocher comme des chroniques à méditer, mais une chose est certaine, rien n’y est gratuit ou désinvolte, bien au contraire. C’est un livre qui parle de choses graves, essentielles dans la relation qu’on peut avoir avec des enfants, et c’est un livre authentique, qui fait du bien, qui donne confiance et espoir.

La Fondation Officielle de la Jeunesse, le principal organisme genevois en charge des foyers d’hébergement pour enfants placés temporairement hors de leur milieu familial, a invité Francesca Sacco afin de recueillir le témoignage des éducateurs et usagers de l’un de ces foyers. En effet, il s’agit de relater une expérience hors norme : la mise en place d’une nouvelle méthode éducative basée sur la prise de risque.

Un jour de 2008, arrivent au foyer du Grand-Saconnex, deux adolescentes « ingérables » : fugues, agressivité, menaces de suicide… « un climat de terreur » s’installe. Les 79 points du règlement interne assorti de son catalogue de sanctions, tout ce « qui, jusque là, semblaient fonctionner à peu près bien, s’avère inopérant sur elles ». C’est ainsi, que mis au pied du mur, il devient clair pour les éducateurs de ce foyer, qu’on ne peut pas « contrôler » les jeunes. Ils s’engagent alors sur la route du lâcher-prise, pour parvenir, fin 2009, à remettre en cause l’idée même de règlement interne, et au final, à révolutionner leur conception de l’éducation.
risques4Lâcher-prise, oser sortir de sa zone de sécurité, confiance en l’enfant, c’est le chemin qui a permis à ces éducateurs courageux de restituer aux jeunes la possibilité de faire usage de leur libre-arbitre :

Il n’y a pas d’apprentissage de l’indépendance pour les jeunes sans prise de risque éducatif pour les adultes.

Pour + d’infos c’est par là : www.editions-instant-present.com/TVB
et pour l’acheter, c’est ici : www.editions-instant-present.com/tout-va-bien-nous-sommes-paumés-p-83.html (12 petits euros)
(les illustrations sont de Bénédicte Sambo)

Tournée française de Déirdre Bergeron

Déirdre Bergeron, 33 ans, a grandi, avec ses deux sœurs, « sans éducation ».
Son père, Léandre Bergeron, a raconté cela dans le livre Comme des invitées de marque.
Déirdre sera en Europe du 4 novembre au 8 décembre pour en témoigner.
(détails sur la page : http://www.education-authentique.org/index.php?page=conference-extraits
Vous trouverez sous la vidéo les dates de sa tournée française, et les détails des évènement sont téléchargeables à cette page : http://www.education-authentique.org/uploads/PDF_DIV/LieuxE.pdf

Gironde, les 4 et 5 novembre
Ariège, le 6 novembre
Haute-Garonne, le 7 novembre
Tarn, les 8 et 9 novembre
Aveyron, le 10 novembre
Corrèze, le 11 novembre
Creuse, le 12 novembre
Côte d’Or, le 13 novembre
Rhône, le 14 novembre
Savoie, le 16 novembre
Rhône, le 17 novembre
Yvelines, le 19 novembre
Seine-Saint-Denis, le 20 novembre
Paris, les 21 et 22 novembre
Loire Atlantique, le 23 novembre
Ille-et-Vilaine, le 24 novembre
Finistère, les 25 et 26 novembre
Loiret, le 27 novembre
Vosges, le 28 novembre
Meurthe-et-Moselle, le 29 novembre
Belgique, le 30 novembre
Luxembourg, le 1er décembre
Gard, le 2 décembre
Hérault, le 3 décembre
Pyrénées Orientales, le 4 décembre
Ardèche, le 5 décembre
Vaucluse, le 6 décembre
Isère, le 7 décembre

pétition au gouvernement français : ne rendez pas l’accouchement à domicile impossible

Parce qu’il nous est évident qu’entraver la pratique des rares sage-femmes qui accompagnent les naissances à la maison est une atteinte certaine à la liberté fondamentale des femmes de pouvoir disposer de leur corps, à la liberté des parents de choisir les conditions d’accueil de leur bébé, à la possibilité de celui-ci de pouvoir naître dans la douceur et l’intimité de son foyer… défendons le droit de choisir son accouchement.

En France, il existe une obligation de paiement d’une assurance pour les sages femmes libérales. Pour celles pratiquant l’accouchement à domicile, le montant est prohibitif, ce qui les met dans l’impossibilité de le payer. Récemment, il leur a été signifié par l’Etat et l’ordre des sages femmes, qu’en exerçant ainsi et sans attestation d’assurance à présenter au 1er octobre, elles seront passibles de sanctions lourdes, telles que la radiation de l’ordre et ainsi l’interdiction d’exercer, avec la possibilité de sanctions pénales. La conséquence directe sera l’abandon de ces sages femmes de leur pratique des accouchements à domicile, privant ainsi les couples de leur droit de s’adresser au professionnel de santé de leur choix.

le lien de la pétition :
https://www.change.org/fr/pétitions/au-gouvernement-français-ne-rendez-pas-l-accouchement-à-domicile-impossible

le groupe Facebook correspondant : http://www.facebook.com/choisirsonaccouchement?hc_location=stream

un blog : http://choisirsonaccouchement.wordpress.com

et s’il était encore besoin de se justifier, un article parmi tant d’autres : La science encourage l’accouchement à la maison

Quand une grande marque déshabille leurs mannequins mais refuse à une mère d’allaiter son enfant…

tt-bbCertains crient au loup, d’autres passent leur chemin, d’autres encore refusent de voir de la discrimination et parlent d’un « incident regrettable », mais il serait dommageable de minimiser l’impact de tous ceux qui ne veulent pas lâcher prise suite à l’affaire Célio qui a refusé à une maman qu’elle allaite son enfant. Voir le dernier article sur ce blog, les détails sont dans les articles précédents : http://editionsduhetre.fr/?p=1288.
Nous vivons une époque formidable ! On arme les enfants dès l’âge de 5 ans avec de véritables armes, on donne le modèle d’une escort girl mineure comme vie de rêve à nos toutes jeunes filles à peine sorties de l’enfance, mais lorsqu’il s’agit de nourrir son enfant au sein niet !
Oui il s’agit bien de nourrir, je vois vos sourires, ce n’est pas le fait de nourrir qui gêne ? c’est le sein ? Ah pardon ! J’oubliais que dans l’époque formidable que nous vivons nous ne pouvons pas dévoiler cette partie intime de l’anatomie féminine….
Jusqu’où faut-il aller pour réveiller les consciences ? A commencer puisque c’est de cela qu’il s’agit par respecter le droit fondamental d’une femme d’allaiter ? Allaiter est naturel, autant que manger ou dormir. La différence réside principalement dans le fait qu’allaiter un bébé est une occupation à quasi plein temps… alors il faudrait donc enfermer ces mères entre 4 murs ?
Si l’on a besoin de se révolter contre le monde entier, les raisons sont nombreuses, les deux exemples cités plus haut n’en sont qu’une toute petite pointe de l’iceberg… et non seulement ainsi on laisse tranquillement les femmes faire ce magnifique travail qu’est celui de mère, mais on pourrait même les soutenir, les encourager, un sourire à cette maman qui allaite, une mot réconfortant pour cette autre maman qui console son petit qui pleure de frustrations sont autant de gestes qui faciliteront la vie pour tous.
Quant à la direction de Célio, j’ose espérer qu’ils vont considérer ce « déplorable incident » comme il se doit et témoigner d’excuses sincères auprès de la maman.
Pour conclure en ouvrant le débat, il serait très intéressant de savoir comment Célio gère les congés maternité et puis tiens, l’heure légale pour allaitement ? Mesdames les employées de Célio, êtes-vous libre de disposer de cette heure pour allaiter votre enfant ? Enfin messieurs les employés de Célio, vous sentez-vous libres de prendre un congé parental ou des congés pour enfant malade sans mettre en péril votre carrière ?

Victorine

Augustine à la lumière de « Enquête aux archives Freud »…

Augustine, le film d’Alice Winocour sorti tout récemment raconte l’histoire d’une jeune domestique atteinte d’hystérie, et de son hospitalisation dans le service du professeur Jean-Martin Charcot, à l’hôpital de la Salpêtrière, à la fin du 19ème siècle. A la lumière de Enquête aux archives Freud, notre dernier livre, ce beau film sensible prend soudain

Charcot au chevet d'Augustine
Charcot au chevet d'Augustine
tout son sens. Comme Jeffrey Masson nous le rappelle, Freud a effectué un séjour d’études à Paris dans le service du professeur Charcot, qui a eu une influence déterminante dans son parcours, et déjà dans son intérêt pour l’hystérie.
Maladie propre à cette époque, l’hystérie féminine, spectaculaire et mystérieuse, avec ses troublants symptômes sexuels, s’expose alors, au sein même de l’hôpital, comme un divertissement morbide auquel assistent médecins, notables et curieux, les célèbres leçons de Charcot.
Alice Winocour sait brillament en rendre l’atmosphère oppressante, la solitude de la patiente bête de foire, hypnotisée et conditionnée (elle fait dire à Charcot que la patiente est « exercée ») à reproduire les crises sous hypnose, se roulant et se tordant dans des attitudes explicites, obéissant à ce qui est attendu d’elle ; lorsqu’on comprend l’aura qu’exerce Charcot, il apparaît bien que le jeu est trouble, qu’être une patiente docile est la seule issue pour échapper au terrible enfermement hospitalier en attirant l’attention du maître, dans l’espoir de guérir…
La scène de la première crise d’hystérie d’Augustine, lorsqu’elle sert à table, fait extraordinairement écho à la première théorie de Freud sur l’origine de l’hystérie, c’est-à-dire les abus sexuels subis dans l’enfance : Augustine tombe au sol, se tord et se débat, en suppliant « Arrête, arrête… » et en tentant d’éloigner des mains imaginaires qui l’étrangleraient : pourrait-on mieux montrer qu’elle revit la terreur d’un abus subi à un âge où elle n’avait pu ni se défendre, ni le comprendre ?
Et comment s’étonner, au vu de l’absence complète de considération pour les femmes, encore plus les femmes pauvres et malades, dans le service de Charcot (manipulées, dénudées, droguées, attachées), conforme sans doute aux moeurs de l’époque, que l’idée même qu’un abus puisse les rendre malades n’aurait eu aucun sens pour les médecins de l’époque ?
Le film n’est cependant pas manichéen et fait oeuvre épistémologique en montrant aussi la quête tragique du médecin, devant des mystères qui le dépassent, qu’il tente d’élucider à l’aide de moyens dont les progrès de notre époque soulignent le côté terriblement dérisoire, de conceptions formelles mais irrationnelles et aléatoires… Il est cependant effrayant de constater que certaines sont encore à l’oeuvre pour les psychanalystes d’aujourd’hui, au travers d’une des idées les plus dictatoriales de la psychanalyse, la notion (complètement fictive, ainsi que l’ont fermement démontré les approches neuro-cognitives) de déplacement de symptôme dont on devine que Freud l’a reprise à Charcot, qui constatait, totalement démuni, les paralysies sans cause organique passant comme magiquement de l’oeil au bras…
Ce film vient donc bien à l’appui de la première théorie de Freud sur l’étiologie de l’hystérie, l’abus sexuel, tout en nous montrant, en complément au travail de Jeffrey Masson, dans quel contexte social -l’inexistence de la dignité des femmes-, académique -éternels jeux de pouvoir et d’influence avec les financeurs et les dispensateurs d’honneurs – et scientifique -une médecine entièrement démunie et inopérante, tant dans ses concepts que dans ses outils-, Freud l’a abandonnée pour inventer la théorie des pulsions, contre les dégâts de laquelle la lutte est encore inachevée.
Toute la mélancolie d'Augustine jouée par l'actrice Soko
Toute la mélancolie d'Augustine jouée par l'actrice Soko

À l’occasion du congrès de la ff2p : « de Socrate aux Neurosciences », Jeffrey Masson et Fabienne Cazalis

mass_0345478819_aupLe livre de Jeffrey Masson, Enquête aux Archives Freud (plus d’infos : www.editions-instant-present.com/EAF)sort aujourd’hui dans sa version retraduite et augmentée à l’occasion du 28ieme Congrès de la Fédération Française de Psychothérapie et de Psychanalyse sur le thème « de Socrate aux Neurosciences ».
couv1_eafJeffrey Masson interviendra cet après-midi sur le thème : « Un point de vue historique : les recherches du psychanalyste et archiviste de la correspondance de Freud », et le film « l’affaire Freud », que Michel Meignant lui a consacré sera projeté ce soir, suivi d’un débat en présence d’Olivier Maurel et Marc-André Cotton.

2011-09-06-at-17-00-30Demain, Fabienne Cazalis, auteure de Curiosités de l’enfantement, animera une table ronde sur le thème les découvertes des neurosciences, (voir : Apport des neurosciences aux psychothérapies de la dépression nerveuse) .

Pour terminer, vous pouvez lire la tribune de Jeffrey Masson dans le Huffington Post Ces psychanalystes qui nient l’inceste.

Soutien à Sophie Robert, « Le mur »

Vous vous souvenez sans doute des deux scandales associés au film « le mur », réalisé par Sophie Robert.
lemurheaderLe premier scandale est lié au contenu du film : on y voit des psychanalystes manquant singulièrement de connaissances médicales défendre un point aussi dépassé que criminel sur la prise en charge et l’étiologie de l’autisme.

Car c’est là que vient le second scandale : il s’agit du procès que trois psychanalystes interviewés dans le documentaire ont intenté à Sophie Robert, l’accusant d’avoir déformé leurs propos. Cette accusation semblait ridicule parce qu’une immense majorité de parents d’enfants autistes peuvent (et ont) témoigner que les propos tenus dans le film reflètent avec précision les propos qu’ils ont pu entendre lors de consultations. Pire encore, des rushes non inclus dans le film montrent une plaignante tenir un discours bien plus inquiétant que ceux inclus dans le film (rush au cours duquel elle accuse effectivement les mères d’avoir causé l’autisme de l’enfant). Ces rushes, fournis au juge qui traitait ce dossier, n’ont pas été considérés et Sophie Robert a perdu le procès ! Même les associations de journalistes ont été bouleversées par un jugement aussi révoltant et ont argué que c’était la liberté de presse qui était bafouée.

Sophie Robert souhaite continuer son travail. Il y lui reste une grande quantité de matériel vidéo tout aussi fascinant sur la psychanalyse, qu’elle projette de monter en trois documentaires supplémentaires. Malheureusement, ce procès lui a couté une petite fortune, et elle a besoin de fonds pour continuer son travail. On peut lui faire un don, voire devenir coproducteur des films à venir. Même les tenants sincères de la psychanalyse ne peuvent qu’encourager ce travail de dénonciation. Ainsi que le déplorait déjà Sandor Ferenczi, un des disciples les plus proches de Freud, de nombreux psychanalystes manquent de rigueur, d’éthique, et se drapent trop souvent de jargon incompréhensible pour masquer leur hypocrisie et leur indifférence (voire leur mépris) vis-a-vis de leurs patients.

Vous pouvez participer à ce projet en faisant un don ou en devenant co-producteur de la série.