encore la couverture du Times : Alanis Morisette à propos de l’attachment parenting

2012-06-06-timeAvez-vous vu ce joli article de la musicienne Alanis Morissette à propos de l’attachment parenting, en réaction à la controverse qui a suivi la couverture du Times (reproduite ci-contre) avec un bambin debout sur une chaise en train de téter ? Il se trouve sur le site du Huffington Post : www.huffingtonpost.fr/alanis-morisette/attachement-parental…
Attention à la traduction néanmoins, attachment parenting a été retranscrit en « attachement parental »… cela nous semble propre à confusion. En effet, il est évident que tout parent, quelles que soient ses pratiques, est attaché à son enfant (et fait de son mieux) ! Comme Alanis Morissette l’explique très bien, l’expression attachment parenting se refère à la période dite d’attachement, ce moment de la petite enfance où le bébé est dépendant des adultes pour subvenir à tous ses besoins, qu’ils soient physiques ou émotionnels. La période d’attachement est alors suivie de la période d’exploration, les deux se succédant dans une intrication parfois désarmante. Les parents qui se retrouvent dans les idées de l’attachment parenting s’appliquent à vivre au mieux ce continuum, de la grossesse à l’indépendance peu à peu acquise du bambin, et cela passe généralement, dans la mesure du possible et du respect de tous, par l’allaitement vers le sevrage naturel ou le portage du bébé. Attachement parenting se traduirait alors littéralement par parentage de l’attachement, mais on parle plutôt de parentage proximal, maternage proximal ou plus simplement maternage.

deux papas en plein paternage
deux papas en plein paternage
Alanis Morissette rappelle aussi qu’il s’agit surtout de faire confiance aux capacités de l’enfant ! ce qui, je crois, exprime bien nos convictions profondes, que ce soit pour l’allaitement ou pour les apprentissages !
Toujours à propos de cette couverture du Times, vous pouvez lire l’éditorial de La Leche League France www.lllfrance.org/Editos-Page-d-accueil/Une-photo-de-couverture-qui-fait-debat…
Tout ceci met en tout cas un coup de projecteur sur une réalité : l’allaitement des bambins. Celui-ci n’a pas souvent la faveur des médias, mais est néanmoins une réalité biologique et sociologique, qui fait partie du quotidien de nombreuses mères à travers le monde et les différentes cultures

Maternantes, You Do Not Respect the French Tradition!

In her recent book, The Conflict: How Modern Motherhood Undermines the Status of Women [1] Elisabeth Badinter is pleased by the high birth rate in France [2], which she attributes to fidelity to the model of French mothers of the 18th century, when urban women of means hired country women to take their children to live with them in the country, so that they could continue to have a “brilliant” social life [3] in the city.

She accuses the ideology of the “good mother” of reviving the male dominance once discredited by feminists of the 1970s, by advocating that mothers with young children leave the working world of freedom and independence.

But French mothers who practice attachment parenting, or “maternantes”, as they are known, reject this separatist worldview: they want both to be responsive to the needs of their baby (being breastfed, being carried, being comforted when they cry [4]) without giving up their rôles of wife, friend, and contemporary social woman. Modern technology allows them to invent new ways of working and parenting that incorporate their children instead of excluding them.

French women would resist to “maternage“ thanks to French worldly tradition. Elisabeth Badinter is delighted by french women’s resistance to the model of the perfect mother currently being imposed by french and american pediatricians [5] (through attachment parenting)*, the government [6] for parental leave, WHO and La Leche League for breastfeeding. The fact that French women are massively bottle feeding [7], that they do not experience social stigma when they return to work quickly [8], and that few of them work part-time [9] could be explained by history: “Our ancestors of the Enlightenment gave us this unusual pattern of the emancipated woman, discharged from the cares of mothering [10].”

It all starts with the women of the aristocracy, followed by the women of the bourgeoisie, and, in the 18th century by “all strata of urban society”. The philosophy of Elisabeth Badinter is based on what was true for only 10-20% of the French population, since the vast majority of women were peasants. “Women (and their families) who considered themselves above the vulgar classes thought it was beneath them to breastfeed their babies themselves ; that breastfeeding was as ridiculous as it was disgusting” [11]. “Little by little, getting rid of her child became a mark of social distinction. The petit bourgeois […], little prone to worldliness, hastened to copy their more favored sisters. In the absence of a brilliant social life, they could acquire the first sign of an envied status, by handing over their child care responsibilities to paid caregivers [in french, mercenaires]. It was considered better to do nothing at all than seem busy with such insignificant pursuits [12]. “ Taking place in parallel with the rise of royal absolutism, this submission to the hierarchy of French society of that time comes at the cost of a high mortality rate among babies [13].

For the most fortunate women, “their development takes place in social life: making and receiving visits, wearing a new dress, taking promenades along the boulevard, going out to glamourous events [14].” For the author, “In the 18th century, freed of the common burdens on Women, the French woman of the most privileged classes is, with the English one, the most free woman in the world.” But, by confusing freedom with frivolity, Elisabeth Badinter particularly stresses the social alienation of wealthy women of the time.

By a kind of historical reversal, the most cultivated women of our time have chosen the opposite approach. The most highly educated women are breastfeeding the most. These maternantes do not consider that spending money (on bottles, formula, or doctors) is a sign of social progress or that breastfeeding is “disgusting” [15] but simply that their baby needs it.

Moreover, they hold salon … not far from their child, at meetings of mothers’ support groups (for example La Leche League www.lllfrance.org) where they share discussions and exchange information. Often they meet in the electronic salons that are forums and discussion lists on the Internet. Perhaps this is what Elisabeth Badinter calls “real ideological underground war” [16], conducted by the people against the dictates of advertising [17]?

Indeed, it is a hallmark of modern life that we are subjected to advertising that promotes consumption in quantity, while attachment parenting involves more connections [18] and fewer goods [19]. Is it because of this potential mass consumption that Elisabeth Badinter welcomes the “beautiful French birth rate [20]” that would result from “mediocre” [21] french mothering?

This ideology of “the good mother” would frustrate the feminist struggle of the 1970s against male domination.

Indeed, the male domination, that feminists might have believed was destroyed, would slyly come back, according to Elisabeth Badinter, through “mothering [that led] a regression of the status of women […]. The innocent baby-despite himself- has become the best ally of male domination [22].“

In the statistics on this, male dominance is measured by calculation of time spent on tasks deemed noble (time at work and leisure) versus tasks considered degrading (time sacrificed to children and the home [23]). Statistics have no respect for women who perform these activities while in deep thought, listening to music or the radio, or being fully satisfied with the relationship allowed with a child during a visit to the doctor, all opportunities missed most often by the father.

Conversely, time spent at work is unilaterally valued in these statistical analyses, while many workers do not always find their account: it’s time spent in service to their boss, their clients, withno time for themselves (except for a tiny minority). However, the mother who has stopped working or has reduced her working hours, finds time for her children but also for herself [24]: this quality of time is never measured by the numbers.

Perhaps we should seek “equality” in the other direction, allowing fathers to spend time with family and embracing the values of the maternantes ​​–besides, there is no word in French for “paternant” while English combines both parents by talking about attachment parenting, which can be adapted in french to parentage proximal. So, when fathers can take part-time work without being looked down upon, or without having to do in 4 days the work of 5 while being paid for 4, we will live in a better world.

fredy-avec-bebe1

Contrary to what is implied by Elisabeth Badinter truncating a quote from Edwige Antier [25], the maternantes are delighted that the emergence of “doting fathers” of 1970-1980 [26] has helped trivialize the fact that the father changes diapers or gives baths, among other opportunities for father-child relationships.

The attention given to babies and young children does not imply a refusal of work itself by the involved women. Often, the maternantes discontinue a prestigious profession which was preceded by a successful school career, because becoming a mother made them reconsider their priorities and strengthen their desire to forego a working life marked by male values ​​defined by competition (”They want money, power and status with great determination and perseverance [27]“). Many activities and jobs are emerging from these new practices, facilitated by new technologies and the Internet. These new ways of working tend to reject separatism: the children are part of life, they may not be far while the parent works.

So nothing to do with a “return to the traditional model [28]” or an alleged desire for “wisdom [that would be] elsewhere, for not saying yesterday [29] …”

We do not live separately, even separatist, as seems to be implied by the worldview of Elisabeth Badinter -starting with the title of her book, The Conflict. Yes, the matter is first to focus on the child, the fragile baby [30], eager for and dependent on relationships.

But this closeness with the baby does not imply separation with the father! Child psychiatrists fear that the father would be exiled when cosleeping [31], but this doesn’t happen in families that follow their parenting instincts for attachment: what is needed by a new family is not a crib but a big parental bed or mattress on the floor side by side, or a side-bed for the baby.

There is no separation with other adults either. Women who think they have a duty to their small children can also be women who live an exciting life. Mothering the baby is associated with boredom by Elisabeth Badinter, who quotes authors of novels that “aspire only to rediscover the outside world [32].” This sounds strange to the ears of maternantes who read, type on their computer, go out with their babies, spend time with their friends. Babywearing and breastfeeding give great freedom of movement.

Elisabeth Badinter also believes that “The ideal [of maternage is] to subvert the tete-a-tete to the body to body [33].” This is a position very far from attachment parenting: parents who want to be available for their child do not howeve focus their lives on him [34], and know that the child gains nothing, however, to have parents too “on him,” too nervous, or too controlling.

Accordingly, the maternantes do not feel overwhelmed by “the extension of maternal duties” of the late 20th century, which would involve “a scrupulous attention to psychological, social and intellectual development of the child [35]”. “They know that in addition to his need for milk and contact, their baby and then child seeks, above all, to live with its family, in observation, imitation, interaction: the toddler eats from the plate of its parent, takes part in outings with other families, and thus constructs his social life.

The main concern of maternage is ultimately mostly to minimize industrial contamination of her child through food, diapers, water, air and reducing their damage to the environment (pesticides, diapers, etc.). They question leaving a polluted world to their children as an inheritance. The irony of Elisabeth Badinter’s stance about ecology [36] also reveals the triumph of the economic and environmental idéals of the 1970s. Despite her skeptical tone, Elisabeth Badinter pretty much sums up the aspirations of today: “After the amoral practice of the exploitation [of nature], we must now respect it [37].” However, the conclusion she draws from “submission to Mother Nature”, “whose simplicity and wisdom we admire” [38] is stained with anthropomorphism: “submission” and “admiration” are specific to male values . Living in balance with nature and her entourage has not to do with submission, but interaction and fine-tuning.

Thus, the maternantes who try to be responsive to the needs of their child do not recognize much in the maternal characteristics that Elisabeth Badinter quotes when she is talking about the 1970s “nonchalance”, “indifference [39]”, “selfishness [40]” almost to the point of inattention and irresponsibility [41]. “Gone are the seventies when you could live your ​​pregnancy with carelessness and lightnes [42]!”

Finally, the separatist ideas of Elisabeth Badinter also come from the distinction that she makes between “woman and mother”, and her recurring aspiration to define a feminine identity [43]. Yet, you may want to refuse to be identified by only these attributes and find these attempts at définition too simplifying [44].

About guilt

Finally, Elisabeth Badinter accuses maternage ideology of putting pressure and guilt on young mothers who must make a choice between their “womanhood”, and being a “mediocre mother“. For example, with regard to breastfeeding Badinter states: “It takes a lot of character for new mothers to brave the instructions of nurses and care workers [45].” But we often hear the opposite from breastfeeding mothers [46].

Further, the book deals with women who feel rejected because they did not have child [47], as women who feel rejected because they breastfeed more than six months, sleep with their baby and find only suggestions for detachment from one’s child on the shelves of bookstores.

Everyone seems to seek the full acceptance of who he/she is, as if, as a child he/she had not received unconditional affection from those around her. Everyone seems to want validation of their opinions by others and feel guilty if it is not the case.

Thus, Elisabeth Badinter says [48]: “What mother will not experience at least a twinge of guilt if she does not comply with the laws of nature?” But if this mother finds that her children are well, that she has a satisfactory relationship with them (which is by no means the prerogative of mothers who breastfed), where is the problem? Is it to avoid pinching the young mothers and to herself that she wrote this book? Does she minimize the benefits of breastfeeding [49] to alleviate her guilt for not having done?

Elisabeth Badinter seems to prefer life far from children, because of the low emotional profitability of spending time with our children. “How to recognize that we have sacrificed too much for all the other benefits that came from that? [50]” But perhaps the problem was making these sacrifices? To live out relationships with our companion, our children, our friends, our work separately? Spending time together with kindness, and the gift of unconditional trust is time that builds lasting bonds and that makes sense.

Claudia Renau

Many thanks to Kelsey Forry for the translation k_tinsel@hotmail.com.

NOTES
[1] Flammarion, février 2010, Metropolitan Books, april 2012.

[2] Relatively strong compared to other European countries. see www.ined.fr/fr/pop_chiffres/pays_developpes/indicateurs_fecondite.

[3] Number 454 of Population et sociétés written by Gilles Pison attributes this recent increase to delayed motherhood of young women of the 1970s and 1980s, which age of childbearing was delayed to 30 years today for the first child : pdf here : www.ined.fr/fr/pop_chiffres/france/structure_population/pyramide_ages. Perhaps, moreover, that the delay of first birth at an age which allowed to enjoy life in celibacy promotes mothering time. See this article on Nancy Huston: www.peripheries.net/article254.html.

[4] See Ne pleure plus bébé, Claude Didierjean-Jouveau, Jouvence.

[5] John Bowlby et T. Berry Brazelton, they popularized the theory of attachment, Edwige Antier in France.

*in original text.

[6] For government assistance to women who want to stop working to stay with her baby in 1985 and 2004.

[7] 15% of breastfeeding when the baby is two and half months.

[8] Unlike the German or Japanese mothers who could not afford and which therefore have few children.

[9] Although the analysis is subjective: “50% of mothers with one child are working full time [and] 25% of women with three or more children,” page 234 of the french edition.

[10] Page 246 of the french edition. [11] Page 241 of the french edition. [12] Page 244 of the french edition.

[13] Page 244-245 of the french edition. [14] Page 243 of the french edition.

[15] The refusal of which is close to the animal’s body visibly expresses discomfort. Disgust for the female secretions (blood, milk) is a macho attitude that the feminist struggle had justly allowed to exceed.

[16] Page 251 of the french edition. [17] See articles of Arrêt sur Image : www.arretsurimages.net/contenu.php?id=2754.

[18] Connection enabled by breastfeeding, cosleeping -which aims is primarily not to let the baby cry, to take seriously his claims-, sometimes by elimination communication (life without diapers), the home education etc.

[19] Taking up a slogan of decreasing, www.decroissance.org. [20] Page 233 of the french edition.

[21] A term used by Elisabeth Badinter. [22] Page 146 of the french edition.

[23] Beside, it does not bother Elisabeth Badinter, the feminist and working mothers to entrust these tasks they consider unpleasant to other women. But if the mothers find so difficult to parent their own children, why would other women find rewarding to care for the children of others?

[24] Self-reflection, knowledge of self, of our own basic needs, are important in the relationship with our children : to minimize them with a toddler (or an older) whose needs take precedence, or to detect what are our own significant needs to assert.

[25] Page 149 of the french edition. The original text of Edwige Antier, Éloge des mères, J’ai lu (pages 100-101) does not reject the baby care given by the father (although the quote from Dolto the same page seems absurd to us).

[26] Page148 of the french edition. [27] Citation page 39 of the french edition. [28] Page 13 of the french edition. [29] Page 52 of the french edition.

[30] Beside, she forgets the primacy of the needs of the child in her paragraph on home birth (page 61): mothers who prefer to give birth at home often do it primarily to protect the baby (facilitate his birth, avoid the impregnation of analgesia, prevent hospital intrusions).

[31] «Rufo fear that [this practice] pushes the father out of the marital bed for exile in lounge », page 155 of the french edition.

[32] Page 26 of the french edition. [33] Page 161 of the french edition.

[34] See Concept of continuum, de Jean Liedloff, Da Capo Press Inc.

[35] Page 171 of the french edition. Beside, observe and accompany the development of a baby is exciting, many scientists have done studies on this prestigious subject, why would mothers not have the right to find it as exciting, intellectually exciting!

[36] Pages 53-54 of the french edition. [37] Page 53 of the french edition. [38] Page 54 of the french edition, and also: «The authority of nature is indisputable» page 105.

[39] Page 248 of the french edition. [40] Page 141 of the french edition. [41] Page 247 of the french edition. [42] Page 101 of the french edition.

[43] For example page 249 of the french edition.

[44] Thus, we can rejoice that: “The illusion of a united front of women [was] shattered, astheir interests may diverge. That is, again, questionning the definition of a female identity.”

[45] Page 138 of the french edition.

[46] Hence events like the “Great suckling” – evokes with a little condescension page 233 – togenerate public recognition.

[47] Pages 210, 213, 214, 223, 224 of the french edition, particularly because of the ideal of the perfect mother.

[48] Page 93 of the french edition. [49] Page 108, 138, 139, 140 of the french edition.

[50] Page 225, page 253 too (of the french edition).

Blog HBR : peut-on inverser l’expérience de la prison de Stanford ?

Dans cet article du blog de Harvard Business Review Greg McKeown nous invite à réfléchir sur les effets d’une politique de bonification des bonnes actions plutôt que celle d’une répression des mauvaises.
L’expérience de la prison de Stanford est simple, des étudiants en bonne santé se sont vus attribuer des rôles de gardiens ou prisonniers puis ont été enfermés dans une prison de fortune dans un sous-sol. Cette expérience fut menée par Dr. Phil Zimbardo, en quelques jours, la santé mentale des personnes (qu’elles soient gardiens ou prisonniers) s’est dégradée rapidement, depression et gros stress pour les uns et le comportement des gardiens est devenu sadique. L’expérience fut stoppée prématurément. Elle démontre qu’un mauvais fonctionnement peut très vite nuire à l’homme. Cette expérience n’est pas sans rappeler celle de Milgram (où les sujets ont montré une telle obéissance aux personnes en situation d’autorité qu’ils ont administré ce qu’ils croyaient être des chocs électriques mortels pour les patients cf. l’article Wikipédia à ce sujet) et Dr Zimbardo se pose alors la question de voir si l’expérience pouvait être inversée.
Pourrions-nous, à travers une série de petites victoires, instaurer une « lente ascension dans la bonté, étape par étape » ? Et une telle expérience pourrait-elle être exécutée à un niveau sociétal ?
C’est le Canada qui a fourni un début de réponse, la Gendarmerie Royale du Canada (GRC) à Richmont, a instauré un nouveau fonctionnement. Le taux de récidive était alors aux alentours de 60%, la criminalité juvénile en augmentation importante, et Ward Clapham a contesté les hypothèses de base du système de maintien de l’ordre lui-même et a suggéré de chercher à concevoir un système qui encourage les gens à ne pas commettre un crime en premier lieu. Ainsi, la GRC a décidé d’arrêter les personnes qui avaient effectué une bonne action pour leur donner un billet « positif », qui donnait une entrée de cinéma ou accès à un centre pour les jeunes. Ils ont distribué pas moins de 40.000 billets dans l’année, trois fois moins que les billets « négatifs » sur la même période.
Selon Clapham, le taux de récidive chez les jeunes est passé de 60% ​​à 8%, la criminalité globale a été réduite de 40% et la criminalité chez les jeunes a diminué de moitié. Et ça coûte un dixième du système judiciaire traditionnel.

Que peut-on conclure de cette expérience ? Qu’il vaut mieux « récompenser » les bonnes actions plutôt que « punir » les mauvaises ? Qu’un système judiciaire inversé serait plus judicieux ?
Il n’en reste pas moins qu’une récompense est une forme de manipulation, on incite alors la personne à faire quelque chose en vue d’obtenir une récompense, et pas forcément parce qu’elle se sent en accord avec cette action. Comment peut-on alors conserver l’estime de soi en ne devenant que des robots tout justes bon à accomplir les bonnes actions qui donneront les bons points ? Qui jugera enfin que telle action est bonne ou pas bonne ? Le système même s’il a le mérite de valoriser plutôt que d’humilier n’en reste pas moins soumis aux mêmes risques de dérives et de contrôles que le système judiciaire actuel.

Nouveau livre d'Olivier Maurel
Nouveau livre d'Olivier Maurel
Notre société fonctionne avec le bâton, un fonctionnement avec la carotte changerait-il la donne ? Les prisons sont aujourd’hui engorgées, les tribunaux également, les enquêtes longues par manque de personnel et de temps au vu des dossiers qui se multiplient, notre système judiciaire montre sur le plan administratif ses limites, et cette expérience montre aussi ses limites en terme d’humanité, il serait peut-être temps de s’interroger sincèrement sur l’origine de la violence dans notre société actuelle, et de se poser les questions « oubliées » depuis toujours tel que le démontre Olivier Maurel (cf. La violence éducative, un trou noir dans les sciences humaine)

A quand une expérience menée avec des personnes qui ont été bien-traitées (respectées dans leurs besoins, maternées et aimées de façon inconditionnelle) depuis leur naissance ?

Victorine

L’Instant Présent, éditeur du mois chez SOS Culture

SOS Culture http://www.sosculture.fr/ est une librairie en ligne spécialisée dans l’écologie sous tous ses aspects : environnement, habitat sain, jardinage, approches alternatives, citoyenneté…

logo_soscultureComme le maternage et l’écologie ont toujours fait bon ménage, SOS Culture propose un rayon « famille, enfant, bébé » très sympathique, ainsi que des jouets en bois et des jeux coopératifs. Alors que nous rejouissions de voir les livres de L’Instant Présent dans leur catalogue, nous avons découvert qu’ils nous ont choisies comme « Editeur du mois » dans leur lettre d’information !

Un grand merci à eux pour cette reconnaissance de notre travail, qui nous encourage autant qu’elle fait chaud au coeur !

Mères maternantes, vous ne respectez pas la tradition française !

Dans son récent livre, Le conflit, la femme, la mère[1], Élisabeth Badinter se réjouit de la forte natalité actuelle en France[2], qu’elle attribue à la fidélité des femmes françaises au modèle du 18e s., lorsque les citadines mettaient leurs bébés en nourrice pour mener une vie sociale « brillante »[3].

Elle accuse l’idéologie de la « bonne mère » de remettre au goût du jour la domination masculine naguère tenue à distance par les féministes des années 1970, en faisant retourner à la maison les mères de jeunes enfants, les éloignant du marché du travail seul censé leur donner liberté et indépendance.

Mais les « maternantes » refusent cette vision du monde basée sur le séparatisme : elles veulent à la fois être attentives aux besoins de leur bébé (être allaité, être porté, avoir une réponse à ses pleurs[4]) sans renoncer à leur vie conjugale, amicale, sociale. Les technologies modernes leur permettent d’inventer de nouvelles façons de travailler qui intègrent leurs enfants au lieu de les éloigner.

Les femmes françaises résisteraient donc au maternage grâce à la tradition mondaine française. Élisabeth Badinter se réjouit de la résistance des femmes françaises au modèle de la mère parfaite qui serait en voie d’être imposé par des pédiatres français et américains[5] (pour l’attachment parenting), le gouvernement[6] pour les congés parentaux, l’OMS et La Leche League pour l’allaitement. Le fait que les femmes françaises biberonnent massivement[7], qu’elles ne ressentent pas d’opprobre sociale quand elles reprennent le travail très vite[8], le fait qu’elles travaillent peu à temps partiel[9] s’expliquerait par l’histoire : « Nos aïeules du siècle des Lumières nous ont légué ce modèle peu commun d’une femme émancipée, déchargée des soucis du maternage[10]. »

Tout commence par les femmes de l’aristocratie, suivies par les femmes de la grande bourgeoisie, et, au 18e siècle par « toutes les couches de la société urbaine » – ce qui limite le propos d’Élisabeth Badinter à 10-20 % de la population française, puisque la grande majorité des femmes appartenaient à la paysannerie. « Les femmes (et leurs familles) qui se croyaient au dessus du vulgaire pensaient qu’il était peu glorieux d‘allaiter elles-mêmes, que l’allaitement était aussi ridicule que dégoutant[11] ». « Peu à peu, se débarrasser de son enfant devint une marque de distinction sociale. Les petites bourgeoises […], guère sujettes aux mondanités, s’empressèrent de copier leurs sœurs plus favorisées. À défaut d’une vie sociale brillante, elles pouvaient acquérir ce premier signe d’un statut envié en se débarrassant elles aussi de leurs responsabilités maternelles sur des mercenaires. Mieux valait ne rien faire du tout plutôt que paraître occupée d’objets aussi insignifiants[12] ».

Ayant lieu en parallèle de la montée de l’absolutisme royal, cette soumission au caractère hiérarchisé de la société française de l’époque se fait au prix d’une forte mortalité[13] des bébés.

 

Pour les femmes les plus favorisées, « leur épanouissement se réalise dans la vie mondaine : recevoir et rendre des visites, montrer une nouvelle robe, s’afficher à la promenade, courir aux spectacles[14]. » Pour l’auteure, « Au 18e s, libérée des fardeaux propres à la condition féminine commune, la Française des classes les plus favorisées est avec l’Anglaise la femme la plus libre du monde ». Mais en confondant liberté et frivolité, Élisabeth Badinter met surtout en évidence l’aliénation sociale des femmes huppées de l’époque.

Par une sorte de renversement historique, les femmes les plus cultivées de notre époque ont choisi l’attitude inverse. Ce sont les femmes les plus diplômées qui allaitent le plus. Ces femmes maternantes ne considèrent pas que dépenser de l’argent (biberon, lait, médecin) est un signe de progrès social ni qu’allaiter est « dégoutant[15] » mais simplement que leur bébé en a besoin.

De plus, elles tiennent salon…, non loin de leur enfant, lors des rencontres des associations de soutien entre mères (par exemple La leche league www.lllfrance.org) où elles partagent discussions, informations et échanges. Souvent elles se sont d’abord connues dans ces salons électroniques que sont les forums et les listes de discussion sur Internet : peut-être est-ce ce qu’Élisabeth Badinter qualifie de « véritable guerre idéologique souterraine[16] », menée par la base contre les diktats des publicitaires[17] ?

En effet, il est propre au mode de vie contemporain soumis à la publicité de favoriser la consommation en quantité, alors que le maternage de proximité implique plus de liens[18] et moins de biens[19]. Est-ce en raison de cette potentielle consommation de masse qu’Élisabeth Badinter se réjouit de la « belle natalité française[20] » qui découlerait du caractère « médiocre[21] » du maternage à la française ?

Cette idéologie de la « bonne mère » viendrait contrecarrer le combat féministe des années 1970 contre la domination masculine.

En effet, la domination masculine, que les féministes avaient cru anéantir, reviendrait sournoisement, d’après Élisabeth Badinter, par le « maternage [qui a engendré] une régression de la condition des femmes […]. C’est l’innocent bébé -bien malgré lui- qui est devenu le meilleur allié de la domination masculine[22]. »

 

Dans les statistiques à ce sujet, la domination masculine est mesurée par des calculs de temps passé à des tâches jugées nobles (temps de travail et de loisir) versus des tâches jugées dégradantes (temps consacré aux enfants et à la maison[23]). La statistique n’a aucun égard pour les femmes qui accomplissent ces activités en réfléchissant, en écoutant musique ou radio, ou en étant pleinement satisfaites de la relation permise avec un enfant à l’occasion d’une visite chez le médecin, toutes occasions que rate plus souvent le père.

 

Inversement, le temps passé au travail est unilatéralement valorisé dans ces analyses statistiques, alors que beaucoup de travailleurs n’y trouvent pas toujours leur compte : il s’agit de temps passé au service de leur patron, de leurs clients, pas de temps pour soi (à part une infime minorité). En revanche, la mère qui s’est arrêtée de travailler ou a diminué son temps de travail, retrouve du temps pour ses enfants mais aussi pour elle[24] : cette qualité de temps n’est jamais mesurée par les chiffres.

 

Peut-être devrait-on chercher l’« égalité » dans l’autre sens, en permettant aux pères de passer du temps avec leur famille et en allant vers les valeurs maternantes –il n’y a d’ailleurs pas de terme en français pour « paternant » alors que l’anglais associe les deux parents en parlant d’attachment parenting, qu’on peut adapter en parentage proximal. Ainsi, le jour où les pères pourront prendre un temps partiel sans se faire regarder de travers, ou sans devoir faire en 4 jours le travail de 5 en étant payés 4, on vivra probablement un monde (un peu) meilleur.

 

Contrairement à ce que sous-entend Élisabeth Badinter en tronquant une citation d’Edwige Antier[25], les maternantes sont ravies que l’émergence des « papas poules » des années 1970-1980[26] ait permis de banaliser le fait que le père change les couches ou donne le bain, entre autres occasions de relations père-enfant.

 

Enfin, l’attention donnée au bébé et au jeune enfant n’implique pas un refus du travail en soi par les femmes concernées. Souvent, les maternantes arrêtent un métier prestigieux auquel les a menées un parcours scolaire sans histoire, parce que le temps du maternage leur a fait reconsidérer leurs priorités et affermir leur refus d’un monde du travail marqué par des valeurs masculines soumises à la compétition (« Ils recherchent l’argent, le pouvoir et un statut avec une grande détermination et persévérance[27] »). Nombre d’activités et de métiers émergent de ces nouvelles pratiques, favorisées par les nouvelles technologies et Internet. Ces nouvelles façons de travailler tendent à refuser le séparatisme : les enfants font partie de la vie, ils peuvent ne pas être loin quand le parent travaille.

 

Donc rien à voir avec un « retour au modèle traditionnel[28] », ni une prétendue aspiration à « la sagesse [qui serait] ailleurs, pour ne pas dire hier[29]… »

 

Nous ne vivons pas de façon séparée, voire séparatiste comme semble l’impliquer la vision du monde d’Élisabeth Badinter –à commencer par le titre de son livre, le conflit.

Oui, il s’agit de privilégier l’enfant d’abord, le bébé fragile[30], dépendant et avide de relations.

 

Mais cette proximité avec le bébé n’implique pas de séparation avec le papa ! Les pédopsys craignent que le papa soit exilé en cas de cododo[31], mais cela n’arrive que chez les familles qui ne sont pas allées au bout de leur réflexion de parentage : ce dont a besoin une nouvelle famille n’est pas un lit à barreaux mais un grand lit parental ou plusieurs matelas accolés par terre, ou encore un side-bed pour le bébé.

 

Pas de séparation avec les autres adultes non plus. Les femmes qui pensent avoir des devoirs vis-à-vis de leur petit enfant sont aussi des femmes qui vivent une vie stimulante. Le maternage du bébé est associé à l’ennui par Élisabeth Badinter, qui cite des auteures de romans qui « n’aspirent qu’à retrouver le monde extérieur[32]. » Propos étranges aux oreilles des maternantes qui lisent, pianotent sur leur ordinateur, sortent avec leur bébé, visitent et rendent visite, passent du temps avec leurs amis. L’écharpe et l’allaitement permettent une grande liberté de mouvement.

 

Élisabeth Badinter croit aussi que « L’idéal [maternant est] de faire succéder le tête-à-tête au corps-à-corps[33]. » Voilà une position bien loin du maternage : les parents qui veulent être disponibles pour leur enfant ne centrent néanmoins pas leur vie sur lui[34], et savent que l’enfant ne gagne rien, au contraire, à avoir des parents trop « sur lui », trop inquiets ou contrôlants.

 

Du coup, les maternantes ne se sentent pas dépassées par « l’extension des devoirs maternels » de la fin du 20e s., qui impliqueraient « une attention scrupuleuse au développement psychologique, social et intellectuel de l’enfant[35]. » Elles savent qu’en plus de son besoin de lait et de contact, leur bébé puis enfant aspire surtout à vivre avec son entourage, en observation, imitation, interaction : le bambin mange dans l’assiette de son parent, participe à ses sorties avec d’autres familles et construit ainsi sa vie sociale.

 

Le principal souci des maternantes est finalement surtout de minimiser pour leur enfant les contaminations industrielles (nourriture, couches, eau, air) et de diminuer leurs atteintes à l’environnement (pesticides, couches etc.). Le monde pollué qu’elles vont donner en héritage à leurs enfants les questionne. Les propos ironiques d’Élisabeth Badinter sur l’écologie[36] révèlent d’ailleurs le triomphalisme économique, rationalisateur et industriel des années 1970. Malgré son ton persifleur, Élisabeth Badinter résume assez bien les aspirations d’aujourd’hui : « De la pratique amorale de cette ‘exploitation’ [de la nature], on est à présent sommé de passer à son respect[37]. » Cependant, la conclusion qu’elle en tire de « soumission à la Mère nature », « dont on admire la simplicité et la sagesse[38] » est tâchée d’anthropomorphisme : « soumission » et « admiration » sont propres aux valeurs masculines. Vivre en équilibre avec la nature et son entourage ne relève pas de la soumission mais de l’interaction et de l’ajustement fin.

 

Ainsi, les maternantes qui essaient d’être attentives aux besoins de leur enfant ne se reconnaissent guère dans les caractères maternels que cite Élisabeth Badinter lorsqu’elle parle des années 1970 : « nonchalance », « indifférence[39] », « égoïsme[40] » et presque revendication de l’inattention et de l’irresponsabilité[41]. « Comme sont loin les années soixante-dix où l’on pouvait vivre sa grossesse avec insouciance et légèreté[42] ! »

 

Enfin, le séparatisme d’Élisabeth Badinter provient aussi de la distinction qu’elle fait entre « la femme et la mère » et par son aspiration récurrente à définir une identité féminine[43]. Or on peut vouloir refuser d’être identifié par ce seul attribut et trouver simplificatrices ces tentatives de définition[44].

 

 

La culpabilisation
Au final, Élisabeth Badinter accuse l’idéologie maternante de créer une pression et de culpabiliser les jeunes mères qui font le choix de privilégier leur « vie de femme », quitte à être une « mère médiocre ». Par exemple avec l’allaitement : « Il faut un sacré caractère aux jeunes accouchées pour braver les consignes des infirmières et puéricultrices[45] ». Mais on entend souvent un discours inverse chez les allaitantes[46].

Plus loin, le livre parle des femmes qui se sentiraient rejetées parce qu’elles n’ont pas d’enfant[47], de même qu’on entend aussi des témoignages de femmes qui se sentent rejetées car elles allaitent plus de six mois, dorment avec leur bébé et ne trouvent qu’injonctions à la séparation sur les étals des librairies.

Tout le monde semble chercher l’acceptation pleine et entière de ce qu’il est, comme si en tant qu’enfant on n’avait pas reçu cette affection inconditionnelle de la part de son entourage. Chacun semble vouloir un unilatéralisme des avis des autres et se sent culpabilisé si ça n’est pas le cas.

Ainsi, Élisabeth Badinter dit[48] : « Quelle mère n’éprouvera pas, au minimum, un pincement de culpabilité si elle ne se conforme pas aux lois de la nature ? » Mais si cette mère constate que ses enfants vont bien, qu’elle a une relation satisfaisante avec eux (ce qui n’est en aucun cas l’apanage des mères ayant allaité), où est le problème ? Est-ce pour éviter ce pincement aux jeunes mères et à elle-même qu’elle a écrit ce livre ? Minimise-t’elle les avantages de l’allaitement[49] pour mieux se déculpabiliser de ne pas l’avoir fait ?

 

Élisabeth Badinter semble privilégier la vie loin des enfants au nom de la faible rentabilité affective du temps passé avec ses enfants. « Comment reconnaître que l’on a fait trop de sacrifices pour les bénéfices affectifs et autres qu’on en a tirés ?[50] » Mais peut-être le problème a-t-il été de faire ces sacrifices ? De vivre les relations avec son compagnon, ses enfants, ses amis, son travail sur un mode séparatiste ? Le temps passé ensemble avec don de gentillesse et de confiance inconditionnelle est du temps qui construit du lien durable et qui fait sens.

claudia.renau@gmail.com


[1] Flammarion, février 2010.

[2] Relativement forte par rapport aux autres pays européens. Voir www.ined.fr/fr/pop_chiffres/pays_developpes/indicateurs_fecondite.

[3] Le numéro 454 de Population et sociétés rédigé par Gilles Pison attribue cette augmentation récente au report de la maternité des jeunes femmes des années 1970 et 1980, dont l’âge à la maternité a reculé, jusqu’à 30 ans aujourd’hui pour le premier enfant : pdf en téléchargement là : www.ined.fr/fr/pop_chiffres/france/structure_population/pyramide_ages.

Peut-être d’ailleurs que ce recul de la première naissance à un âge qui a permis de profiter de la vie en célibat favorise le temps du maternage. Voir cet article sur Nancy Huston : www.peripheries.net/article254.html.

[4] Voir Ne pleure plus bébé, Claude Didierjean-Jouveau, Jouvence.

[5] John Bowlby et T. Berry Brazelton, qui ont popularisé la théorie de l’attachement, Edwige Antier en France.

[6] Pour les aides aux femmes qui veulent arrêter de travailler pour rester avec leur bébé, en 1985 et en 2004.

[7] 15 % d’allaitement quand le bébé a deux mois et demi.

[8] Contrairement aux mères allemandes ou japonaises qui ne pourraient pas se le permettre et qui du coup ont peu d’enfants.

[9] Même si l’analyse des chiffres est subjective : « 50 % des mères d’un enfant travaillent à temps plein [ainsi que] 25 % des mères de trois enfants ou plus », page 234.

[10] Page 246.

[11] Page 241.

[12] Page 244.

[13] Page 244-245.

[14] Page 243.

[15] Le refus de ce qui rapproche le corps de l’animal exprime visiblement un malaise. Le dégoût vis-à-vis des sécrétions féminines (sang, lait) est une attitude machiste que le combat féministe a justement permis de dépasser.

[16] Page 251.

[17] Voir les articles de Arrêt sur Image : www.arretsurimages.net/contenu.php?id=2754.

[18] Liens permis par l’allaitement, le cododo –dont le but est surtout de ne pas laisser pleurer le bébé, de prendre au sérieux ses demandes-, parfois la communication par l’élimination (c’est-à-dire la vie sans couches), l’instruction en famille etc.

[19] En reprenant un slogan des décroissants, www.decroissance.org.

[20] Page 233.

[21] Selon le terme d’Élisabeth Badinter.

[22] Page 146.

[23] Ça ne dérange d’ailleurs pas Élisabeth Badinter, les féministes et les mères travailleuses de confier à d’autres femmes ces tâches qu’elles jugent ingrates. Mais si les mères trouvent si pénible de materner leurs propres enfants, pourquoi d’autres femmes trouveraient gratifiant de s’occuper des enfants des autres ?

[24] La réflexion sur soi, la connaissance de soi-même, de ses propres besoins de base étant importants dans la relation avec ses enfants : que ce soit pour les minimiser face à un tout-petit (ou un plus grand) dont les besoins priment ou pour détecter quels sont ses propres besoins importants à affirmer.

[25] Page 149. Le texte original d’Edwige Antier, Éloge des mères, J’ai lu (pages 100-101) ne rejette pas les soins au bébé donnés par le père (néanmoins, la citation de Dolto de cette même page nous parait absurde).

[26] Page148.

[27] Citation page 39.

[28] Page 13.

[29] Page 52.

[30] Elle oublie d’ailleurs la primauté du besoin de l’enfant dans son paragraphe sur l’accouchement à domicile (page 61) : les mères qui préfèrent accoucher à la maison le font souvent avant tout pour protéger le bébé à naître (faciliter sa naissance, lui éviter l’imprégnation de l’analgésie, lui éviter les intrusions hospitalières).

[31] « Rufo redoute que [cette pratique] pousse le père hors du lit conjugal pour l’exiler au salon », page 155.

[32] Page 26.

[33] Page 161.

[34] Voir Le concept du continuum, de Jean Liedloff, Ambre.

[35] Page 171. Par ailleurs, observer et accompagner le développement d’un bébé est passionnant, de nombreux scientifiques ont fait des études prestigieuses là-dessus (Piaget), pourquoi les mères n’auraient-elles pas le droit de trouver ça passionnant aussi, intellectuellement passionnant !

[36] Pages 53-54.

[37] Page 53.

[38] Page 54, et aussi : « L’autorité de la nature est indiscutable » page 105.

[39] Page 248.

[40] Page 141.

[41] Page 247.

[42] Page 101.

[43] Par exemple page 249.

[44] Ainsi, l’on peut se réjouir que : « L’illusion d’un front uni des femmes [ait] volé en éclat, tant leurs intérêts peuvent diverger. De quoi, là aussi, remettre en question la définition d’une identité féminine. »

[45] Page 138.

[46] D’où des manifestations comme la « Grande tétée » – évoquée avec un peu de condescendance page 233 – pour susciter une reconnaissance publique.

[47] Pages 210, 213, 214, 223, 224, notamment en raison de l’idéal de la mère parfaite.

[48] Page 93.

[49] Page 108, 138, 139, 140.

[50] Page 225, page 253 aussi.

Des réactions intéressantes au livre d’Élisabeth Badinter

Plusieurs articles intéressants (notamment de Daniel Schneidermann) dans Arrêt sur image (ASI), réservés désormais aux abonnés : http://www.arretsurimages.net/forum/read.php?4,1044950, http://www.arretsurimages.net/contenu.php?id=2764
Un message intéressant de Viobi http://www.arretsurimages.net/contenu.php?id=2769, intitulé « Une phallocrate à l’antenne ».

l’allaitement biologique ( biological nurturing ) par Suzanne Colson

Lors des journées des Doulas, j’ai aussi pu assister à une conférence de Suzanne Colson, à propos de ce qu’elle nomme le « biological nurturing » ( allaitement biologique ). Ca a été pour moi une véritable révélation, et plus particulièrement, j’ai enfin la clef, plus de 7 ans après, des difficultés d’allaitement que j’ai rencontrées à la naissance de mon ainé.
suzancolsonSuzanne Colson a montré, par des exemples vidéos filmés lors d’une étude scientifique qu’elle a menée ces dernières années dans une maternité anglaise, une position d’allaitement de nouveaux-nés assez originale parmi les recommandations usuelles. Dans cette position, la mère est allongée ou quasi allongée, son bébé contre elle dans un alignement similaire au sien qui fait que non seulement les ventres sont en contact, mais ses deux jambes aussi tandis que la plante des pieds du nouveau-né prend appuit sur le ventre (ou les cuisses) de la maman. Le bébé, peut ainsi se positionner en soulevant par petits coups sa tête, et saisir le sein. Suzannne Colson rapportait qu’une des mamans du groupe qu’elle avait filmé, parlait de « son petit pivert », en reférence aux mouvements de tête du pivert piquant dans un tronc d’arbre. Elle nomme pour sa part cette position, la position d’allaitement biologique ( biological nurturing ). Elle a donné plusieurs raisons à cette appellation: c’est une position très analogue à celle de certains bébés mammifères, et ses observations des mères qui pratiquaient naturellement cette position ont mis en évidence une manière assez particulière de manipuler leur bébé, tout à fait consistante avec les réflexes testés sur les nouveaux-nés en pédiatrie.
Au contraire de cela, prenez une jeune maman qui ne se sent pas très adroite avec son bébé tout neuf, qui se tient justement très droite sur sa chaise, le nourrisson ventre à ventre mais perpendiculaire, les pieds plus ou moins dans le flou.. le petit tente ses mouvements de tête mais on dirait plus qu’il n’arrive pas à s’accrocher au mamelon, qu’il glisse, voire qu’il rejette le sein, et plus le maintient dans le dos est ferme, plus il s’énerve (ce qui est d’ailleurs une réponse parfaitement normale!).. c’est dur à vivre! en ce qui nous concerne, nous avons trouvé des petits trucs pour malgré tout y parvenir, puis nous avons eu la chance d’assister à une réunion de La Leche League qui est d’une certaine manière, parvenue à engrammer le biologique qui m’avait fait défaut.
Bien sûr beaucoup de bébés s’accomoderont de la position adoptée par leur maman, mais dans certains cas, je pense que cette découverte de Suzanne Colson pourra vraiment être d’une grande aide.
Plus d’informations (en anglais), sur le site http://www.biologicalnurturing.com et notamment le poster explicatif et un article « une recette non prescriptive d’allaitement ».

De retour des Journées des Doulas 2009!

Et voilà, les journées des Doulas 2009, c’était le week end prolongé du 8 mai dernier. J’ai en ce qui me concerne, tenu le stand des Editions l’Instant Présent pour le vendredi. J’ai donc eu la grande chance d’assister à la conférence d’ouverture par Joelle Terrien. J’ai beaucoup apprécié de voir mises en lumière et en discussions, nos difficultés d’homo sapiens femelle du XXIième siècle, en quète d’animalité au moment de mettre au monde nos petits. Joelle a répondu présente au long de la journée pour des séances de signature, pour Passage de Vies, avec grand sourire, et choix du stylo pour le récipiendaire de la dédicace. jt1jt2jt4jt7
Joelle était là aussi pour présenter son livre d’art: ELOGE, à traits communs.
Voici les liens de son blog : http://atraitscommuns.over-blog.com et du forum où elle dialogue avec ses lecteurs.
Un petit cliché de notre stand, avec sur la gauche de Joelle, Marlène Martin qui en plus de faire partie de notre équipe aux Editions l’Instant Présent, est l’auteur du très attendu Apprendre à Lire en Famille. standeipjddCelui-ci paraîtra au mois de juin, mille excuses aux premiers souscripteurs pour ce retard dû aux perfectionnismes mêlés de l’auteure et de la maquettiste. En attendant, vous pouvez accéder à des extraits choisis au format pdf. Il reste donc encore quelques jours pour souscrire. Merci de votre patience.
Quant-à la jolie Renata Rizck, assise devant et très enceinte, c’est une jeune artiste brésilienne basée à Paris. Nous allons utiliser l’une de ses oeuvres pour l’illustration de couverture du livre de l’association Maman Blues que nous préparons. Vous pouvez jeter plusieurs yeux sur son site : http://www.rizck.com/, pour apprécier sa grande sensibilité.

mb0

C’est donc l’occasion de parler du livre qui se construit autour de témoignages émanants de l’association Maman Blues.
C’est avec beaucoup d’humilité et surtout honorées de pouvoir donner voix à ces autres visages de la maternité, que nous travaillons dessus, pour une parution à la rentrée de septembre. Nadège Beauvois Temple et Juliette Urbain Michel que nous voyons aux cotés de Marlène, se sont alors pliées avec brio, au délicat excercice de la lecture publique.
Nous allons ouvrir dans les prochains jours, la souscription pour ce livre.