un projet 3ème type : MANa

Un peu de copinage, inévitablement, les personnes impliquées dans la pédagogie troisième type ne sont pas si nombreuses, et nous nous connaissons tous plus ou moins 🙂

J’ai donc le grand plaisir, tant militant qu’amical, de relayer l’annonce suivante :

thumb_mana_216x216

Voici un projet qui participe à l’émergence de nouvelles dynamiques de construction !

Le projet MANa est un projet d’ouverture d’école primaire, d’un centre de formation, d’ateliers et conférences sur le thème de l’éducation.

A l’époque actuelle, où les questionnements sont nombreux autour de cette thématique, MANa offre un espace d’échange pour accompagner cette réflexion avec une approche intégrée par l’expérience.

Voici un nouveau système de collecte collective, kisskissbankbank, c’est le mécénat de particuliers.

http://www.kisskissbankbank.com/mana-maison-des-apprentissages-naturels?ref=search

En cliquant sur ce lien, vous pouvez déposer un don (1 ou 2€…avec ou sans zeros) qui ne sera effectif que s’ils atteignent la somme visée, sinon, tous les fonds retournent à leurs donateurs.

Quand une grande marque déshabille leurs mannequins mais refuse à une mère d’allaiter son enfant…

tt-bbCertains crient au loup, d’autres passent leur chemin, d’autres encore refusent de voir de la discrimination et parlent d’un “incident regrettable”, mais il serait dommageable de minimiser l’impact de tous ceux qui ne veulent pas lâcher prise suite à l’affaire Célio qui a refusé à une maman qu’elle allaite son enfant. Voir le dernier article sur ce blog, les détails sont dans les articles précédents : http://editionsduhetre.fr/?p=1288.
Nous vivons une époque formidable ! On arme les enfants dès l’âge de 5 ans avec de véritables armes, on donne le modèle d’une escort girl mineure comme vie de rêve à nos toutes jeunes filles à peine sorties de l’enfance, mais lorsqu’il s’agit de nourrir son enfant au sein niet !
Oui il s’agit bien de nourrir, je vois vos sourires, ce n’est pas le fait de nourrir qui gêne ? c’est le sein ? Ah pardon ! J’oubliais que dans l’époque formidable que nous vivons nous ne pouvons pas dévoiler cette partie intime de l’anatomie féminine….
Jusqu’où faut-il aller pour réveiller les consciences ? A commencer puisque c’est de cela qu’il s’agit par respecter le droit fondamental d’une femme d’allaiter ? Allaiter est naturel, autant que manger ou dormir. La différence réside principalement dans le fait qu’allaiter un bébé est une occupation à quasi plein temps… alors il faudrait donc enfermer ces mères entre 4 murs ?
Si l’on a besoin de se révolter contre le monde entier, les raisons sont nombreuses, les deux exemples cités plus haut n’en sont qu’une toute petite pointe de l’iceberg… et non seulement ainsi on laisse tranquillement les femmes faire ce magnifique travail qu’est celui de mère, mais on pourrait même les soutenir, les encourager, un sourire à cette maman qui allaite, une mot réconfortant pour cette autre maman qui console son petit qui pleure de frustrations sont autant de gestes qui faciliteront la vie pour tous.
Quant à la direction de Célio, j’ose espérer qu’ils vont considérer ce “déplorable incident” comme il se doit et témoigner d’excuses sincères auprès de la maman.
Pour conclure en ouvrant le débat, il serait très intéressant de savoir comment Célio gère les congés maternité et puis tiens, l’heure légale pour allaitement ? Mesdames les employées de Célio, êtes-vous libre de disposer de cette heure pour allaiter votre enfant ? Enfin messieurs les employés de Célio, vous sentez-vous libres de prendre un congé parental ou des congés pour enfant malade sans mettre en péril votre carrière ?

Victorine

féministes ET maternantes

dsc_2242_1

Ça fait un moment qu’on le dit : maternage et féminisme sont non seulement compatibles, mais l’un peut mener à l’autre et réciproquement.

Bien entendu, cela implique une vision du féminisme très différente de celle de E. Badinter, se rapprochant nettement plus de celle de Sarah Blaffer Hrdy ou de Nancy Huston.

(Mais qui croit encore à la sincérité de Badinter ? Celle qui, d’un coté amasse une fortune via la publicité pour les producteurs de lait en poudre, et de l’autre dénigre l’allaitement en termes très violents ?)

Les discours à la Rufo ou à la Naouri, d’inspiration ultra-patriarcale, sont d’une misogynie particulièrement choquante dans la bouche de médecins. C’est pourquoi nous avons particulièrement apprécié ce texte de la bloggeuse L’Elfe : Ne le Prends pas dans tes bras. Elle explique très bien comment tout ceci s’articule : patriarcat, oppression des femmes et des enfants, refus du maternage…

Un immense merci à elle !

J-2, dans la cour des grands ;)

Et hop en avant-première, un aperçu de notre stand G75 au Salon du Livre, porte de Versaille, du 22 au 25 mars. Venez nombreux nous y rencontrer ! Vous pourrez échanger avec nos auteurs tout au long de ce salon. (détails ici)

On vous attend !

2013-03-20-215814 Ce n’est pas sans émotion que nous avons pris possession ce soir de notre stand dans le temple dédié au livre ! Cette belle aventure nous réserve toujours autant de plaisirs ! Nous sommes heureuses et fières d’être là ces 4 jours pour vous lecteurs fidèles et vous qui nous découvrirez à cette occasion. Un immense merci à nos auteurs pour leur confiance et le chemin parcouru ensemble…

Claudia, Cristelle, Fabienne, Marlène et Victorine

Le Salon du Livre approche… une entrée offerte pour toute commande sur notre site !

Vous souhaitez venir nous voir au Salon du Livre du 22 au 25 mars prochain, porte de Versailles, Paris 15e ?

Pour toute commande effectuée sur notre site parmi nos articles (rubrique “on a aimé” exclue), nous vous offrons une entrée gratuite pour le salon (deux entrées pour une commande dépassant 20 euros). Merci de préciser votre demande pour une (ou deux) entrée(s) dans la boite de dialogue de la commande.

Seules les 25 premières commandes en bénéficieront, alors faites vite 🙂

Les détails de notre participation au salon ici.

Offre spéciale : un abonnement Grandir Autrement offert sous conditions

A titre exceptionnel, pour fêter notre première participation cette année au Salon du Livre à Paris, nous baissons les seuils minimum de commandes pour obtenir un abonnement à la revue Grandir Autrement.

Jusqu’au 22 mars, pour 40 euros d’achat*, vous avez un abonnement de 6 mois offert et pour 60 euros d’achat, c’est un abonnement d’un an qui vous est offert !

Les abonnements sont limités en nombre, dépêchez-vous d’en profiter !

Tous détails sont ici.

*uniquement valable pour l’achat de nos articles, la rubrique “on a aimé” en est donc exclue.

Et venez nombreux nous rendre visite sur notre stand au salon, stand G75 ! Plus de détails ici

A bientôt,

L’équipe des éditions l’Instant Présent

Rencontre avec nos auteurs au Salon du Livre 2013

Nous serons ravies de vous rencontrer, avec plusieurs de nos auteurs, lors de notre première participation au salon du livre : venez nous rejoindre nombreuses et nombreux sur notre stand G75 !

Du 22 au 25 mars au parc des expositions, porte de Versailles, Paris 15e

Vendredi 22 mars :

14h-17h : Marie Australe signera son livre Les années de lait

17h-20h : Marlène Martin signera son livre Apprendre à lire en famille

Samedi 23 mars :

10h-12h : Claudia Renau signera son livre L’apprentissage informel expliqué à mon inspecteur

12h-13h & 17h-18h : Fabienne Cazalis signera son livre Curiosités de l’enfantement

13h-15h : Natalie Siwik signera le livre Tremblements de mères

15h-17h : Cécile Flé signera ses livres Créer des liens et Lune après lune

18h-20h : Claude Didierjean-Jouveau signera son livre Le (nouvel) art d’être grands-parents

Dimanche 24 mars :

10h-12h : Muriel Bonnet Del Valle signera son livre La naissance, un voyage

12h-13h & 14h-15h : Nadège Beauvois Temple signera le livre Tremblements de mères

13h-14h et 17h-19h : Jean-Pierre Lepri signera son livre La fin de l’éducation ?

17h-19h : Participation exceptionnelle d’André Stern qui dédicacera son livre …et je ne suis jamais allé à l’école paru chez Actes Sud sur notre stand.

Dimanche 24 mars à 15h, conférence de Jean-Pierre Lepri et André Stern, salle Nota Bene :

Deux grands noms de l’écologie de l’éducation et de la formation, Jean-Pierre Lepri et André Stern, partageront leurs réflexions et leur expérience à propos de cette donnée essentielle : “nous venons au monde avec la faculté omniprésente d’apprendre – et nous le faisons avec ou sans système d’éducation-formation” ; Jean-Pierre Lepri, auteur de La fin de l’éducation ? (éd. l’Instant Présent) et André Stern, auteur de … Et je ne suis jamais allé à l’école (éd. Actes Sud).

Appel : nommer le harcèlement scolaire

Un enfant sur dix est victime de grandes violences à l’école : coups, humiliations, racket, rumeurs, …
Le plus souvent dans l’indifférence totale, car les adultes présents ne détectent pas toujours la gravité de ces actes et ne réalisent pas les dégâts qu’ils peuvent entrainer chez les victimes.
Sans parler de la leçon apprise par les bourreaux, qui interprètent cette indifférence comme un consentement tacite, reproduisant peut-être en cela le modèle de la violence éducative décrit par Olivier Maurel.

Nommer pour mieux dénoncer !

On ne peut bien lutter que contre ce qui est clairement identifié. Les anglo-saxons utilisent un terme parfaitement adapté, facile à prononcer, intégré au langage des enfants. “Bully”, qui désigne le harceleur, et “to bully” qui désigne l’acte d’harceler, décrivent si bien les persécutions physiques et psychologiques qu’ils ont donné lieu à des représentations populaires :

Buford harcèle Baljeet dans "Phineas & Ferb"

Buford, le bully type, harcèle Baljeet dans "Phineas & Ferb"

Tous les héros de Big Bang Theory ont subi le harcelement scolaire (sauf Penny, qui était bully))

Tous les héros de Big Bang Theory ont subi le "bullying" (sauf Penny bien entendu)

La série Glee présente toutes les formes de harcèlement scolaire

La série Glee présente toutes les formes de "bullying"

Appel à contributions :

En français, le terme “harcèlement scolaire” manque d’efficacité lexicale et semble voué aux circulaires et aux salles des profs. Il nous manque un mot, simple, percutant, que les enfants peuvent utiliser pour nommer et alerter. Proposez vos idées !

Néologisme, recyclage d’un mot d’ancien français, détournement d’un terme existant, tout est possible.

Quelques exemples :
Inspirés de l’ancien français :
Bourrel, celui qui tourmente
Tabuseur, ou bien Tabusteur, qui cause soucis, celui qui importune (d’après Rabelais). Le premier terme est relié à Abuseur, un mot bien identifié par les enfants

Détournement :
Taraud, celui qui taraude

Recyclage :
Molesteur, celui qui attaque, harcèle, moleste

Soyez créatifs, soumettez-nous vos termes les plus accrocheurs, les plus parlants.
Nous aurons le plaisir d’offrir un abonnement de six mois au magazine Grandir Autrement à l’auteur/e du mot qui nous aura le plus impressionnées !

Les parents d’enfants autistes posent nus pour faire entendre leur désarroi

Un calendrier avec des hommes et des femmes qui posent nus, voila une publication inhabituelle pour les Éditions l’Instant Présent. Pourtant, quand Magali Pignard nous a parlé de ce projet, nous avons accepté tout de suite. L’humour est la politesse du désespoir, et nous savons que la situation de ces famille est souvent tragique. Les services médicaux sont dans leur majorité ignorants des approches qui permettent d’aider ces enfants à aller mieux, les pouvoirs publics ne mettent pas en application les lois qui sont votées, et les parents n’ont d’autres choix que de se débrouiller seuls, comme ils le peuvent, en montant des structures privées, en se professionnalisant…

Le calendrier est terminé, parti chez l’imprimeur, on peut d’ores et déjà l’acheter et le recevoir à temps pour l’offrir à Noël. Les bénéfices sont intégralement reversés à une association de défense des droits des personnes autistes : Autisme Droits.

un papa se met a nu pour aider ses enfants

un papa se met a nu pour aider ses enfants

Voici ce qu’en dit Magali sur son blog :

“C’est venu d’une plaisanterie sur facebook : en guise de photo de profil, j’avais mis une photo tirée d’une vidéo dans laquelle je chantais toute nue, suite à un promesse que j’avais faite en public. (aïe aïe, moi et mes promesses ! ) Une personne a commenté en plaisantant : « Un calendrier en faveur des associations sur l’autisme ? » […] Quand on a un enfant autiste, on perd beaucoup de choses, et pas seulement nos vêtements ! On perd le droit au travail, très souvent pour un des parents, qui doit assurer la prise en charge de son enfant. On perd le droit de choisir le type de prise en charge pour notre enfant, puisque l’État ne met à disposition pratiquement que des pratiques au mieux occupationnelles, au pire psychanalytiques (psychothérapie institutionnelle, pataugeoire, packing…)”

Wishlist 0
Open Wishlist Page Continue Shopping