Une classe Montessori dans le public

Une expérience est actuellement menée dans une école maternelle de ZEP dans la cité des Luths à Gennevilliers (92) : Céline Alvarez, éducatrice Montessori, a décidé de devenir prof des écoles pour amener cette pédagogie en école publique. Le projet est lancé depuis 2 ans et les résultats sont très bons, tant en matière d’apprentissages académiques que de bonnes relations dans la classe.

Au vu des infos présentées dans les films et les articles (voir en bas de message), on peut observer l’environnement assez spacieux de la salle de classe, un des besoins fondamentaux mis aussi en avant par Bernard Collot, par exemple dans un de ses derniers billets de son excellent blog (http://education3.canalblog.com/archives/2013/11/27/28525195.html).

Contrairement à la cérémonie chuchotée et l’apprentissage solitaire qu’on imagine parfois en école Montessori, on voit que les enfants interagissent ensemble. L’enseignant accompagne les enfants selon leurs besoins et n’est plus dans un rôle de pourvoyeur de leçons et de devoirs pour tous les enfants en même temps. L’atmosphère est celle d’une ruche tranquille où chacun s’active de façon autonome.

Commun à beaucoup d’approches alternatives, le multiâge permet certes aux plus jeunes d’être stimulés par la curiosité vis-à-vis de ce que font les plus grands… et aux plus grands de consolider leurs apprentissages lorsqu’ils expliquent quelque chose à leurs camarades. De plus les âges variés diminuent grandement les occasions de compétition qui stressent et rendent l’apprentissage moins efficace.

Ensuite on peut se poser la question de la nécessité du matériel, d’un matériel certes bien pensé et qui semble académiquement efficace, mais qui peut aussi éloigner des propres sujets d’intérêt de l’enfant, le risque étant de diminuer la connexion à soi. Néanmoins, cette expérience est remarquable et mérite d’être amplement saluée.

978-2-916032-18-4On retrouvera les fondements de la pédagogie Montessori dans notre livre “La pédagogie Montessori” (www.editions-instant-present.com/la-pédagogie-montessori-p-46.html)

Petite vidéo de quelques minutes : http://www.youtube.com/watch?v=KdrXWDFULXQ

Article dans “Le café pédagogique” : www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/2013/04/23042013Article635022982296230018.aspx
Explications par l’enseignante : https://eduscol.education.fr/experitheque/consultFicheIndex.php?idFiche=8638
Le blog de l’école avec de nombreuses vidéos : http://lamaternelledesenfants.wordpress.com.

« A lire avant la rentrée des classes » par ‘écritvain’

couv_fe_final_1
Pascal, “écritvain” et instituteur, publie sur son blog “A lire avant la
rentrée des classes” : c’est une charge fine et forte contre l’institution scolaire, à l’occasion de son compte-rendu du livre de Jean-Pierre Lepri,

 

code promo : Editions l’Instant Présent + Grandir Autrement = ♥

logo_ga_carreNous avons la joie de vous proposer nos deux offres promotionnelles en partenariat avec le magazine Grandir Autrement :

  • un abonnement de 6 mois (3 numeros) à Grandir Autrement offert pour 60 euros d’achat de livres édités par les Editions l’Instant Présent avec le code : EIP-GA-6mois ;
  • un abonnement de 1 an (6 numeros) à Grandir Autrement offert pour 100 euros d’achat de livres édités par les Editions l’Instant Présent avec le code : EIP-GA-1an .

Comment procéder ?
. Sélectionnez les livres dont vous avez envie comme à votre habitude. Attention, seuls les livres des Editions l’Instant Présent sont concernés par cette offre (sont donc exclus les articles de la catégorie « Nous avons aimé »).
. Si votre panier atteint 60 euros, ajoutez l’abonnement 6 mois à Grandir Autrement : http://www.editions-instant-present.com/abonnement-grandir-autrement-6-mois-p-59.html
. Si votre panier atteint 100 euros, ajoutez l’abonnement 1 an à Grandir Autrement : http://www.editions-instant-present.com/abonnement-grandir-autrement-12-mois-p-58.html
. Validez votre panier
. Juste avec de finaliser votre paiement, utilisez le code promo correspondant dans la boite de dialogue prévue à cet effet
. et le total de votre commande sera recalculé pour tenir compte de la réduction de 15 ou 30 €.

Attention, cette offre est limitée !
Nous vous souhaitons de bonnes lectures.

« Apprendre à lire sans prof ? Les enfants éthiopiens s’y emploient”

Dans les réseaux non-sco a circulé un article paru dans Rue89 intitulé “Apprendre à lire sans prof ? Les enfants éthiopiens s’y emploient”, par Yann Guégan :
http://www.rue89.com/2012/11/01/apprendre-lire-sans-prof-les-enfants-ethiopiens-y-arrivent-236725.

L’article raconte que l’ONG ‘One Lapbtop Per Child’ fondée par Nicholas Negroponte distribue des ordinateurs portables dans des pays où les enfants “n’ont accès à aucune éducation”. Ils ont voulu savoir si avec du matériel, les enfants pourraient “apprendre tout seul”. Ils ont donc distribué des tablettes prééquipées (en anglais) à une quarantaine d’enfants de deux villages éthiopiens.

Il décortique les intérêts de Nicholas Negroponte à développer la culture numérique, il explique que connaitre quelques lettres n’est pas savoir lire, et surtout il doute de la pertinence d’une expérience non accompagnée par une structuration pédagogique.

Dans ce débat, une voix ne s’est pas du tout fait entendre : les familles engagées dans l’éducation autonome hors école voudraient témoigner qu’il existe tout un mouvement en France et dans le monde pour sortir du paradigme de l’école et de la pédagogie (ultra prégnant, voir ce que l’article dit sur “l’Unesco (…), pour qui il n’y a pas d’éducation sans écoles, sans enseignants, sans construction d’une structure éducative adaptée”).

Ces familles observent chaque jour combien l’enfant apprend bien lorsqu’il apprend par lui-même, par l’action, l’observation et l’interaction avec son entourage. La clé de la poursuite d’apprentissage de ces enfants éthiopiens sera l’utilité de la lecture par rapport à leur projet de vie. Si lire des choses est utile et intéressant pour eux, si leur entourage a une attitude bienveillante et curieuse vis-à-vis de cet apprentissage, alors il est certain qu’ils apprendront à lire, les familles l’observent tous les jours avec leurs enfants non-scolarisés (et non-“éduqués”, voir www.editions-instant-present.com/souscription-la-fin-de-léducation-commencements-p-48.html), qui ne fréquentent pas d’enseignants ni d’école ni de structure éducative ni de pédagogie.

Maintenant, la question qui se pose, pour moi, c’est : quelle forme de colonisation de l’imaginaire promeut cette invitation à jouer et lire en anglais ? Est-ce que ces enfants qui vivent en équilibre avec leur entourage et leur environnement (ou pas, je ne connais pas le contexte) ne rêveront plus que de devenir programmeurs dans la Silicon Valley, ou partir à la ville ?

Le simple fait de qualifier ces enfants comme ne bénéficiant pas d’”éducation” révèle cette colonisation de l’imaginaire (pour reprendre l’expression de Serge Latouche) qui considère que ces enfants ont un “manque” alors que personnellement je considère comme un atout leur “manque d’éducation”, au vu de la débrouillardise et du sens de l’initiative qui leur ont permis d’utiliser efficacement les tablettes.

Claudia Renau

couv_fe_l

Un avant-goût de « Apprendre sans l’école », traduction de « Instead of education » de John Holt

Chères souscriptrices et lectrices, chers souscripteurs et lecteurs,

"Apprendre sans l'école"Nous sommes très très heureuses de vous annoncer que Apprendre sans l’école, la traduction de Instead of education, de John Holt, traduit par Laurence Holvoet ; ), est actuellement en cours de maquettage. Ce texte riche, documenté et vivant ouvre de très nombreuses pistes de réflexions sur ce qu’est l’apprentissage, l’instruction, l’enseignement, la motivation, l’école (qu’est-ce qu’être enseignant, que transmettre, qu’évaluer?), sur notre société et son organisation, sur le travail, sur la réalisation personnelle et le bonheur…
John Holt a écrit ce livre dans les années 1970, et ses paroles demeurent extraordinairement actuelles : ce qu’il a anticipé de l’évolution de l’école s’est produit, comme il l’a décrit, et cette clairvoyance n’en rend que plus convaincantes les idées et les solutions auxquelles il propose à chacun, parent, enseignant, étudiant, citoyen, de réfléchir.
Avant que vous ne puissiez découvrir le livre dans vos boites aux lettres, pour les souscripteurs (la souscription est réouverte au prix de lancement de 19 € contre 25 € de prix final prévu), et sur notre boutique, pour tous les autres, d’ici un mois, vous trouverez dans le chapitre 12 : Pourquoi les réformes de l’école échouent-elles ?, que nous mettons en ligne gratuitement dans son intégralité, de quoi alimenter de façon pertinente et profonde l’actuel débat en France sur la refondation de l’école.
Merci de votre intérêt pour nos livres !