Les médias à la traîne ?

DSC05211_bLe 21 janvier dernier, Le Figaro reprenait une citation de Nicolas Hulot à propos des hommes politiques : « ils sont prisonniers du court terme ».

Michel Odent, auteur de nombreux livres est un homme tourné vers l’avenir, il avait écrit voici 40 ans dans son  livre La genèse de l’homme écologique  (chapitre 4) : « … comprendre que (…) les hommes politiques ont pour vocation, pour raison d’être (…) de gérer le présent (…) qu’ils seront les derniers a pouvoir élargir leur faculté prospective, et qu’ils sont, par essence, des obstacles a une universalisation de la prise de conscience écologique ».

Nous avons coeur à éditer des livres pour mieux informer nos lecteurs, leur donner les outils pour qu’ils s’affranchissent des diktats et aspirent à être autonome, et ainsi nous avons réédité l’un des livres de Michel Odent, Le bébé est un mammifère écrit en 1990, celui-ci n’a pas été compris à l’époque, pas davantage que sa genèse de l’homme écologique écrite en 1979. Il a fallu attendre la réédition en 2011 pour que ce livre (Le Bébé est un mammifère) rencontre son public. La genèse de l’homme écologique vient de trouver son « porte-parole » en la personne de Nicolas Hulot. (Notons que la plupart des livres de Michel sont réédités chez Le Hêtre Myriadis, ainsi que ses derniers livres parus.)

Ce décalage temporel entre les personnes qui initient des courants de pensée et ceux qui s’en emparent pour enfin les vulgariser est devenu fréquent, et si nous sommes ravies que les idées s’envolent ici et là quel que soit leur porte-parole, nous apprécierions que les personnes qui ont été à l’initiative des idées, ou de leur communication soient citées.

Aujourd’hui par exemple, Le Point publie un article titré « Couches jetables toxiques : quelles alternatives pour bébé ? » dans lequel on peut lire : « Comme l’explique le site Magic maman, certains parents optent pour l’hygiène naturelle infantile. De quoi s’agit-il  ? Les parents apprennent à repérer chez leurs enfants les signes qui évoquent l’arrivée des besoins du bébé (pleurs, pincement des lèvres, etc.). Grâce à cela, le bébé ne met aucune couche et est très rapidement mis sur le pot. Cette alternative sans couches nécessite d’être à temps plein avec son bébé, car cela demande une importante implication. » Il aurait été bienvenu en plus de citer l’origine de l’information et du concept, à savoir le premier livre paru en France sur ce sujet, Sans couche, c’est la liberté ! d’Ingrid Bauer, paru en 2006.

Que les journalistes découvrent l’HNI que maintenant et qu’ils propagent l’information est une excellente nouvelle, selon l’adage mieux vaut tard que jamais. Ce serait encore mieux en citant les sources d’origine ! A bon entendeur 🙂

Références :

https://www.lepoint.fr/sante/couches-jetables-toxiques-quelles-alternatives-pour-bebe-23-01-2019-2288218_40.php

http://www.lefigaro.fr/politique/le-scan/2019/01/22/25001-20190122ARTFIG00078-pour-hulot-le-systeme-pyramidal-concentre-vers-un-seul-homme-ne-peut-pas-marcher.php

Une offre estivale à ne pas manquer !

En GA ete2018partenariat avec Grandir Autrement, nous avons récupéré des magazines invendus et nous proposons de vous en faire bénéficier. Ces magazines sont légèrement défraichis, nous vous en envoyons un pour tout achat d’un livre des éditions l’Instant présent et deux à partir de deux livres achetés.

Ceci dans la limite des stocks disponibles, l’offre est valable du 30 juin au 31 août 2018. Merci d’indiquer en commentaire de votre commande le ou les numéros choisis. Si rien n’est indiqué, un magazine choisi aléatoirement vous sera expédié. Si toutefois vous ne souhaitez pas bénéficier de l’offre, vous pouvez nous l’indiquer en commentaire.

Vous aurez donc à choisir entre le hors série 11 : Apprendre, le numéro 59 : Vivre sans école, le numéro 66 : La lecture et le numéro 67 : Les enfants de l’ère numérique. (Plus d’infos en cliquant sur les liens vers le site de Grandir Autrement.)

 

Inauguration de notre chaîne Youtube

Nous avons mis en place cette chaîne Youtube dans le but de vous proposer des lectures extraites de nos livres.

Voici le premier extrait tiré du livre Merci le jeu ! qui inaugure donc la chaîne https://youtu.be/3lRmTLkvCiU

Ces extraits vous permettent de mieux vous rendre compte des contenus de nos livres, afin soit de les acheter pour vous-même ou les offrir, ou encore de nous plébisciter pour avoir le livre en version ebook ou en audio.

Nous sommes conscients que lire un livre prend du temps, quand nous sommes un parent déjà bien occupé par des journées doubles, lire devient un luxe, en revanche nous pouvons écouter facilement pendant que nous préparons un repas ou nourrissons notre bébé. D’où notre volonté de vous proposer ces extraits et de développer les livres audio si cela vous semble pertinent !

Alors n’hésitez pas à faire connaître cette chaîne, à partager vos impressions avec des commentaires. Nous alimenterons cette chaîne le plus régulièrement possible.

Merci pour votre confiance et vos partages.

Claudia, Marlène et Victorine

Être et devenir, les dates des évènements rencontre avec l’auteure Clara Bellar

eed couv OK petitPlusieurs évènements auront lieu en région parisienne pour la sortie du livre Être et devenir : Faire confiance à l’apprentissage naturel des enfants et la célébration des 3 ans en salles du film Être et devenir, avec la présence de Clara Bellar.

• Dimanche 28 mai à 11h30 au St-André des Arts (Paris 6e) : séance spéciale anniversaire avec Clara Bellar, suivie d’une signature du livre et d’un buffet.

• Lundi 29 mai à 20h30, Ciné-Kaizen au Chaplin Denfert, projection de Captain Fantastic puis échange avec Clara Bellar et Mélissa Plavis.

• Mardi 30 mai 18h30-19h30 : Signature en Librairie Actes Sud – Les Originaux Galerie, 37 Rue Saint-André des Arts, Paris, Paris 6e St-Michel.

• Jeudi 1er juin 18h à 19h : Rencontre-dédicace à Chantelivre, 13 rue de Sèvres, Paris 6e.

• Jeudi 1er juin à 19h au Liberté Living-Lab : séance anniversaire en présence de Clara Bellar et suivi d’une dédicace du livre. Séance mise en place par Judith Grumbach, réalisatrice d’Une Idée folle.

• Samedi 3 juin : Rencontre-dédidace au Cultura de la Villette (Ville-Up, Paris 19e), de 16h à 17h.

• Samedi 10 juin : Signature à la librairie-salon de thé-restau bio Mille feuilles à BIEVRES (28 rue de l’église), de 16h30 à 17h30.

• Dimanche 11 juin : 2e Journée pour réinventer l’école par l’Ecole démocratique de Paris. Table-ronde et ateliers-rencontres avec François Bégaudeau et Clara Bellar et beaucoup d’autres.

• Samedi 17 juin à 14h30, Être et devenir au cinéma Le Colombier à VILLE D’AVRAY, en présence de la réalisatrice. La projection sera suivie d’une séance de dédicace du livre à la librairie-restaurant bio Mille Feuilles de 16h30 à 17h30, située en face du cinéma, 3 à 5 rue de Versailles 92410 Ville d’Avray.

• Jeudi 29 juin à 20h30, Ciné-Kaizen au Chaplin Saint Lambert, Projection d’Être et devenir, échange avec Clara Bellar, suivi d’une signature du livre.

Des publications réjouissantes

Un peu de pub copinage, pour tous les âges :

Si vous avez un bébé, lisez :
« POUR UNE ENFANCE HEUREUSE » de Catherine GUEGUEN
Catherine est pédiatre, très impliquée dans la prévention des violences éducatives. Un grand merci à elle !

Si votre enfant traverse l’âge de raison, ou, comme le décrivait Montessori, l’âge de la sérénité et de la force, je vous recommande vivement la lecture du nouveau livre d’Isabelle Filliozat, « IL ME CHERCHE ». Indispensable.

9782709644679-g

Enfin, si votre enfant est dans l’adolescence, reconnectez et régalez-vous ensemble de cette BD :
« LES QUATRE SŒURS », de Cati Baur et Malika Ferdjoukh
Le Tome 1 est initialement paru chez Delcourt, puis chez Rue de Sèvres. Le tome 2 récemment paru chez Rue de Sèvres.

quatre-soeurs-tome-2-couverture-791x1024

viol et violence, une petite fille autiste

Un entretien téléphonique de Magali Pignard

Magali écrit  » La mère ne sait plus quoi faire. Elle a retiré Mallaury de l’ITEP et sa fille et elles souhaitent une instruction à la maison. Le directeur d’académie des Charentes, (16) refuse sa demande. »
Message pour la maman de Mallaury : contactez-nous pour en savoir plus sur les droits à l’Instruction en Famille.

http://laia.asso.free.fr/conief.html

Déclaration : Lettre type

AAD en danger : et si on mesurait la qualité de l’expérience ?

Vous avez été nombreux à réagir à notre article AAD en Danger et à faire circuler l’information sur les réseaux sociaux.

AAD, photo de Nils Fretwurst (cc) en.wikipedia.org/wiki/File:Baby_boy_after_birth.jpg

AAD, photo de Nils Fretwurst (cc) en.wikipedia.org/wiki/File:Baby_boy_after_birth.jpg

Voici d’importants compléments d’information :
* Le Mouvement pour l’Accouchement à Domicile a publié un dossier de presse très complet, qui compile et analyse les résultats de plusieurs études scientifiques d’envergure.
Il en ressort plusieurs éléments dont il faut absolument tenir compte lorsque la discussion aborde le domaine de la médecine factuelle (l’ensemble des pratiques médicales basées sur les résultats des recherches scientifiques) :
– en ce qui concerne les études menées aux USA, il faut savoir que les exigences de formation des sages-femmes ne sont pas aussi strictes, suivant les états, qu’en France.
– en ce qui concerne les études menées en Australie, il faut considérer le temps de transport souvent important lorsque le transfert hospitalier est nécessaire en situation d’AAD.
* L’école des sages-femmes de l’Université de Colombie Britannique propose également un ensemble de résumés d’articles scientifiques sur l’accouchement à domicile. Parmi nos lectrices et lecteurs anglophones et scientophiles, qui aura le courage de se lancer dans un tableau comparatif des résultats de toutes ces études ?

Pour permettre aux femmes de prendre une décision véritablement éclairée, en pesant soigneusement les bénéfices et les risques, plusieurs dimensions doivent être prises en compte :
– quels critères permettent aux sages-femmes de juger qu’une grossesse n’est pas à risque ?
– quel ratio bénéfices/risques pour la santé de la mère ?
– quel ratio bénéfices/risques pour la santé du bébé (en distinguant les interventions qui peuvent nuire à la santé du fœtus des moyens de ressuscitation d’un bébé à la naissance)
– quels facteurs peuvent modifier le ratio bénéfices/risques ? (par exemple : niveau de formation des sages-femmes, distance de l’hôpital, conditions d’hygiène, etc.)
– quelle qualité d’expérience pour la mère et l’enfant ?

Ce dernier point fera grimacer nombre de médecins. Après tout, disent-ils, quelle importance que le ressenti de l’accouchement si cela assure des vies ? (disent ceux qui n’ont pas lu les études ci-dessus. On notera que les femmes qui sont rassurées par une naissance à l’hôpital ne subissent pas de telles attaques, et tant mieux !)

La qualité du vécu de la naissance, quel que soit le contexte, est un élément qui va faciliter grandement le processus d’attachement mère-enfant (et père-enfant !). Bien entendu, l’attachement peut s’installer dans les conditions les plus difficiles, des femmes accouchent en temps de guerre, des grands prématurés s’attachent après un long séjour en néonatologie. L’accouchement respecté n’est donc ni une garantie ni le prérequis d’un attachement sécure, mais il en est toutefois un facteur facilitateur important. Un attachement sécure, c’est un parentage plus simple, plus joyeux, une meilleure qualité de vie pour la famille.

Est-ce si négligeable ? Qu’en dit la science ? Un bébé dont l’attachement est sécure pleure moins et ses parents répondent de façon plus ajustée à ses besoins (ni trop, ni trop peu). C’est aussi moins de fatigue et moins de stress pour toute la famille (toutes choses égales par ailleurs). Il faut avoir oublié – ou n’avoir jamais connu – l’état d’épuisement phénoménal que vivent les parents d’un nouveau-né pour se permettre de mépriser tout ce qui peut faciliter les relations parents-bébé. Ou bien il faut avoir la vue très courte, ce qui n’est jamais une bonne chose lorsqu’on discute de santé publique.

payée pour allaiter ?

La nouvelle fait fortement réagir en Grande-Bretagne :
une expérience est menée dans les régions du South Yorkshire et Derbyshire, où 130 femmes sont encouragées financièrement à allaiter. Si l’allaitement de leur nouveau-né se maintient six semaines, elles recevront 120£ en bons d’achats, et 200£ si elles allaitent six mois.

Breastfeeding Money, chez www.childbirthgraphics.com

Breastfeeding Money, chez www.childbirthgraphics.com

Certes, ce sont des régions difficiles économiquement, certes le taux d’allaitement y est particulièrement bas (ce qui n’est pas surprenant, l’allaitement étant corrélé au statut socio-économique de la mère), certes médecins et gouvernements veulent faire passer le message que l’allaitement est souhaitable en termes de santé publique, certes, certes…
Pourtant, je ne peux m’empêcher d’être mal à l’aise, et je ne suis apparemment pas la seule, si j’en crois les 1121 commentaires en moins de 24h sur le site de la BBC.